Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mobilisation générale (ou presque) dans les EHPADs creusois

mardi 30 janvier 2018 à 20:11 Par Fabien Arnet, France Bleu Creuse

Le mouvement de grève des agents a été très largement suivi dans les maisons de retraite médicalisées en Creuse. Des directeurs d'établissements sont solidaires. Un collectif de familles de résidents vient d'être créé, il pourrait s'étendre à tout le département.

Devant l'EHPAD Anna Quinquaud à Guéret
Devant l'EHPAD Anna Quinquaud à Guéret © Radio France - Fabien Arnet

Creuse, France

Ce qui ressort de cette journée de mobilisation dans les EHPADs creusois ? Des témoignages innombrables et unanimes d'agents en souffrance. Le diagnostic est d'une simplicité désarmante : "On n'a pas le temps de s'occuper de nos résidents."

Qu'ils travaillent à Guéret, La Souterraine, Bénévent, Marsac, Fursac, etc... tous dénoncent le manque de moyens, la course effrénée pour aller d'un résident à un autre, pour les soins, pour les repas : "Le week-end on est 4 agents pour 80 résidents", raconte une aide-soignante de La Souterraine. "Le matin on doit faire 20 toilettes, c'est inhumain."

Devant l'EHPAD Anna Quinquaud à Guéret - Radio France
Devant l'EHPAD Anna Quinquaud à Guéret © Radio France - Fabien Arnet

"Est-ce que vous, en 10 minutes, vous avez le temps de prendre une douche, vous habiller, prendre votre petit-déjeuner et avoir le sourire ?" interroge Patricia Benoiton, elle s'occupe des locaux et de l'aide aux repas à l'EHPAD de Fursac. "On est tout le temps en train de dire à nos résidents : dépêchez-vous... c'est un non-sens total. On demande un agent pour un résident, là on en est loin !"

On essaie de penser à autre chose, sinon ce serait le burn-out"  —  Brigitte Arreau (EHPAD de Guéret)

"Quand on rentre à la maison, on a le sentiment de ne pas avoir fait notre boulot", raconte Brigitte Arreau, assistante de soins en gérontologie à l’EHPAD Anna Quinquaud de Guéret. "On essaie de penser à autre chose, sinon ce serait le burn-out." 

A Fursac, Nadine a fini sa carrière d'aide-médico-psychologique il y a deux ans et demi. "J'ai beaucoup souffert, j'aimais beaucoup mon métier mais franchement _il était temps que j'arrête_, psychologiquement j'étais saturée... saturée."

À LIRE AUSSI ►Grève dans les EHPAD creusois : "on manque de temps pour faire notre travail correctement"

En Creuse, le mouvement social, souvent sous forme de débrayage d'une heure ou deux, a touché 14 EHPADs publics sur 16. Il semble que les établissements privés n'aient pas pas été impactés.

Dans les locaux de l'EHPAD de Fursac - Radio France
Dans les locaux de l'EHPAD de Fursac © Radio France - Fabien Arnet

Aux abords des maisons de retraite, des familles de résidents ont apporté leur soutien, notamment Martine Verdeau à Guéret, dont la mère est placée à l'EHPAD Anna Quinquaud depuis 1 an. "J'ai vu sa situation se dégrader, c'est pourquoi _j'ai décidé de créer un collectif de familles_, qui je l'espère ne sera pas rattaché qu'à Guéret mais s'étendra aux autres EHPADs de la Creuse. Et mon rêve c'est qu'il y ait un collectif national parce qu'on nous dit que le problème est national."

50 millions ? C'est une blague !"  —  Martine Verdeau (collectif des familles)

La rallonge de 50 millions d'euros, annoncée par la ministre de la santé Agnès Buzyn ? "C'est une goutte d'eau, c'est une blague. Aucun gouvernement n'a anticipé le vieillissement et les problèmes qui en découlent, du coup on est dans un goulot d'étranglement et 50 millions c'est rien du tout. Mais bon, cette dame est loin d'imaginer ce qui se passe, peut-être qu'elle s'en moque."

Devant l'EHPAD Anna Quinquaud à guéret - Radio France
Devant l'EHPAD Anna Quinquaud à guéret © Radio France - Fabien Arnet

De son côté Vincent Turpinat, le suppléant du député de la Creuse Jean-Baptiste Moreau (LREM), reconnait devant l'EHPAD de Guéret "qu'il faudra des milliards pour que les choses changent. On est au bout d'un système. Il faut une réflexion globale, commune, qui ne devra pas être une posture politique."

Dans un communiqué (ci-dessous), l'Agence Régionale de Santé de Nouvelle Aquitaine, admet qu'"il existe encore des tensions fortes dans plusieurs (sic) EHPADs." Il y a 881 EHPADs dans cette grande région, et l'ARS promet la création de 1300 places d'hébergement permanent, et 216 ETP (équivalent temps plein) de personnels soignants, entre 2018 et 2021.