Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mobilisation pour défendre l'hôpital public devant l'Institut de cancérologie de Saint-Etienne

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Une vingtaine de personnes - syndicalistes, personnels de l'hôpital et patients - se sont rassemblés ce mercredi midi devant l'Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth à Saint-Etienne pour défendre l'hôpital public et dénoncer le manque de moyens de l'Institut de Cancérologie.

Pour les soignants il faut que tous les acteurs de l'hôpital se mobilisent pour obtenir gain de cause.
Pour les soignants il faut que tous les acteurs de l'hôpital se mobilisent pour obtenir gain de cause. © Radio France - Elie Abergel

Saint-Étienne, France

Après six mois de grève des urgences, les dernières annonces de la ministre de la Santé Agnès Buzyn n'ont rien changé, les personnels soignants en lutte restent mobilisés, malgré les 750 millions d'euros promis pour l'hôpital public par le gouvernement. 

Crise sanitaire 

Ce mercredi midi une vingtaine de personnes se sont rassemblées devant l'Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth à Saint-Etienne pour dénoncer les conditions de travail au sein de l'Institut, et appeler à une convergence des luttes entre les différents services des hôpitaux en France. 

"Nous sommes actuellement dans une crise sanitaire globale", explique Elisabeth Seauve, secrétaire de la section CGT de l'Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth. 

Certains soignants dénoncent une gestion financière de l'hôpital public.  - Radio France
Certains soignants dénoncent une gestion financière de l'hôpital public. © Radio France - Elie Abergel

"Tous les services sont concernés par la crise aux urgences, et vice-versa, le manque de lits dans les services est une des explications à l'engorgement des urgences." 

Pour les manifestants mobilisés ce midi, c'est la gestion qu'ils qualifient de "financière" des hôpitaux publics qui est la cause de la crise actuelle. 

Solidarité des patients 

Les soignants peuvent compter sur la solidarité des patients. Marguerite vient se faire soigner l'Institut de Cancérologie Lucien Neuwirth, elle soutient à 100% les soignants en lutte. 

"Je suis récemment allée aux urgences chirurgicales pour une opération, là-bas j'ai passé deux semaines aux urgences, ce n'est pas acceptable", raconte Marguerite.  

"Les infirmiers et les médecins font ce qu'ils peuvent, mais ils ne peuvent pas s'en sortir dans ces conditions", poursuit Marguerite. 

Choix de la station

France Bleu