Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mobilisation sociale à Limoges : Philippe est prof, gilet jaune et motard en colère

-
Par , France Bleu Limousin

C'est un samedi particulier pour lui avec cette grosse journée de mobilisation sociale à Limoges à laquelle il va participer. Manif des enseignants, des motards et des gilets jaunes. Philippe, instituteur dans le nord de la Haute-Vienne, lui, porte les trois casquettes.

Photo d'Illustration
Photo d'Illustration - Élodie Boschet/Objectif Gard

Limoges, France

Il travaille dans une école primaire, il est gilet jaune depuis le début du mouvement et a une passion : la moto : "notre démocratie est en berne. L'heure est grave" estime Philippe qui combat donc le projet de loi de son ministre de tutelle Jean-Michel Blanquer, un texte dangereux pour l'ensemble de la communauté éducative selon lui : "c'est fantastique, cette loi s'appelle 'L'école de la confiance' et ça commence par un article qui met en défiance la responsabilité des enseignants et leur droit de pouvoir s'exprimer". 

Dès l'automne dernier, il rejoint également le mouvement des gilets jaunes, c'est l'injustice sociale qui l'a poussé à en enfiler un : "j'ai été sur les ronds-points au départ. Je n'ai pas pu suivre toutes les manifestations. Mais je soutiens les gilets jaunes et dès que je peux j'en mets un".  Et ça fait des années qu'il sillonne les routes de France avec sa vieille bécane. Une certaine idée de la liberté dit-il : "il y a eu les 80 km/h. Et puis bientôt on ne pourra pas plus aller dans certaines villes qui veulent interdire leurs centres aux véhicules". 

Philippe va venir à Limoges en moto pour participer à cette grande journée de mobilisation. Il ne pourra évidemment pas participer à tous les rassemblements, les défilés et les cortèges. Il souhaiterait à l'avenir un front uni des revendications, tous les mouvements ensemble. 

Cinq manifestations dans le centre de Limoges ont été officiellement déclarées en Préfecture pour ce samedi. Une grosse journée également pour les forces de l'ordre.

►►Philippe, un homme trois fois en colère

ECOUTEZ

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu