Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mobilité : les deux tiers des personnes handicapées ont des difficultés à se déplacer

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

C'est ce que révèle une étude IFOP pour l'APF- France Handicap. Trottoirs trop hauts ou trop étroits, trous dans la chaussée, pente trop prononcée...même les quartiers les plus récents sont parfois difficiles d'accès pour les personnes à mobilité réduite. Exemple au Mans.

2/3 des personnes handicapées rencontrent des difficultés dans leurs déplacements en ville selon une étude de l'APF
2/3 des personnes handicapées rencontrent des difficultés dans leurs déplacements en ville selon une étude de l'APF © Radio France - Bertrand Hochet

" Regardez les trous qu'il y a sur la chaussée". Jean-François Gauthier se déplace en fauteuil rue des Minimes au Mans. "Même moi qui ai un fauteuil neuf, je sens les vibrations. On a des gens avec des cannes qui glissent parce que leurs cannes se bloquent. Il y a des risques de tomber". Et pourtant cette rue commerçante du centre-ville a été totalement rénovée, il y a quelques mois. 

Jean-François Gauthier a parfois du mal à se déplacer au Mans même dans les rues qui ont été rénovées récemment

"Et encore, nous avons insisté pour être associés au projet" ajoute Cécile Boëlle, la présidente territoriale Mayenne-Sarthe de l'association des paralysés de France. " Sans l'intervention des associations, on a encore sur des réalisations neuves qui présentent des problèmes d'accessibilité. Par exemple, le quartier Saint Nicolas au Mans. Si l'APF n'était pas intervenu, il y aurait eu du dévers entre les pavés". Cécile Boëlle reconnait tout de même que la situation s'est améliorée, notamment depuis la loi de 2005. Elle prévoit une amende administrative de 1.500 euros pour les établissements  qui reçoivent du public et qui ne respecteraient pas leurs obligations de mise aux normes. " Mais ces sanctions sont rarement appliquées ou alors les procédures sont longues. Il est inacceptable aujourd'hui de voir des banques qui ont encore des marches devant leur entrée."  Des dérogations sont toutefois possibles, pour des raisons techniques ou si le coût des travaux est manifestement disproportionné par rapport au chiffre d'affaires d'un commerce. " Oui cela coûte cher et effectivement, on entend les arguments du petit commerçant de quartier. On ne va pas lui tomber dessus comme cela. Mais il y a des moyens d'anticiper". Cécile Boëlle rappelle que sans ces aménagements, c'est tout une partie de la population qui est exclue. " Il n' y a pas que les personnes souffrant d'un handicap, il y a aussi les personnes âgées, les mamans avec des poussettes".  D'ailleurs l'étude montre que toute la population est touchée par ces problèmes de mobilité. A Paris, Marseille et Nice, 90 % des personnes interrogées éprouvent des difficultés d'accessibilité dans leurs déplacements 

Cécile Boëlle, la présidente de l'APF en Sarthe rappelle que même si des progrès on été faits en matière d'accessibilité, la loi n'est pas encore toujours respectée

Cécile Boëlle, la présidente territoriale Mayenne-Sarthe de l'APF  - Radio France
Cécile Boëlle, la présidente territoriale Mayenne-Sarthe de l'APF © Radio France - yann lastennet

" Le "J'en ai pour 5 minutes", c'est insupportable - Cécile Boëlle à propos des automobilistes qui se garent sur des places réservées aux personnes handicapées

Aujourd'hui ce qui pose problème, c'est la voirie. En centre ville du Mans, il y a encore des trottoirs un peu trop haut, des trous, des restaurateurs qui affichent leur menu au milieu du trottoir, çà on y pense pas".  La présidente d'APF Mayenne-Sarthe dénonce aussi des actes d'incivisme comme se garer sur un place réservée aux personnes handicapées. " L'argument qui consiste à dire j'en ai pour cinq minutes, c'est insupportable pour nous" ! Il y a aussi la question des campagnes. " La situation s'est améliorée sur les métropoles, c'est vrai, mais il y a plus de moyens financiers. Mais dans les petites communes, il y a beaucoup de travail à faire. Il y a un problème de répartition des enveloppes budgétaires. Mais à la limite ce n'est pas notre problème. Nous ce qu'on demande c'est que la loi soit appliquée !"    

C'est encore plus compliquée en campagne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu