Société

"Mon objectif : gagner le Wec" Julien Canal, pilote manceau chez Rebellion en LMP2

Par Christelle Caillot, France Bleu Maine lundi 16 janvier 2017 à 11:31

Julien Canal, pilote chez Rebellion en LMP2 pour le Wec 2017
Julien Canal, pilote chez Rebellion en LMP2 pour le Wec 2017 © Radio France - Christelle Caillot / @RebellionRacing

VIDEO : le pilote manceau Julien Canal vient de signer chez Rebellion en LMP2 pour le Wec 2017. Il nous parle de ses co-équipiers Senna et Prost et de ses objectifs.

Le pilote manceau Julien Canal vient de signer chez Rebellion pour le championnat du monde d'endurance 2017 en LMP2. Il partagera le volant avec Bruno Senna (neveu d'Ayrton, Senna), et Nicolas Prost (le fils d'Alain Prost).

Un contrat de 4 millions d'euros sur l'année

"Le rapprochement avec Rebellion a été un travail de longue haleine" nous dit Julien Canal, le pilote manceau. "On s'est vu à plusieurs reprises l'année dernière avec le Team. Il y a eu beaucoup de discussions et puis surtout un deal financier qui était favorable pour moi pour cette année. On est sur des budgets très élevés, on parle beaucoup en budget global. Pour un championnat du monde, ça se rapproche des quatre millions d'euros sur l'année pour la voiture. Après pour moi, c'est un très petit budget par rapport au global, mais on m'a reconnu des pointes de vitesse et mes trois victoires au Mans ont joué. Rebellion, c'est une marque qui a beaucoup de moyens financiers notamment avec leur activité de montres de luxe. Moi, j'ai un contrat d'un an et c'est moi qui apporte du budget pour rouler. Il n'y a pas de prime en cas de victoire d'une course. "Si je gagne les 24h du Mans, j'ai une belle poignée de main de monsieur Fillon et toute l'équipe de l'ACO mais je n'ai pas de prime !"

Je connais bien Senna et Prost

"Rouler avec Bruno Senna (neveu d'Ayrton, Senna), et Nicolas Prost (le fils d'Alain Prost), c'est sur ça met un petit coup de pression surtout aux 24h du Mans et dans tout le championnat, on va être beaucoup suivi" rajoute Julien Canal. "Après, c'est des pilotes que je connais bien, et vu leur expérience, ça aurait pu être des gens avec beaucoup d'égo et en fait non, pas du tout. Ce sont deux pilotes, très très sympas et très abordables. On va recevoir la voiture fin février et on devrait faire quelques essais avant la première séance d'essais officielle en mars. Physiquement, j'ai fait une petite pause d'un mois, et dès février je recommence à faire des séances de musculation trois à quatre fois par semaine".

Gagner au Mans en LMP2, ça serait un rêve

"Evidemment, gagner le Mans, ça serait incroyable, le rêve. Moi, j'ai gagné trois fois le Mans, mais c'était en GT. Après, ce qui compte c'est marquer des points et notamment pour les 24h car ça compte double pour le championnat. En tous les cas, si on est sur le podium à chaque fin de course, on a de grandes chances de gagner le championnat à la fin de la saison".