Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mondial 2018 de football

MONDIAL 2018 - Le président du mouvement olympique en Mayenne : "dommage qu'on ne parle pas autant des autres sports"

mardi 17 juillet 2018 à 15:08 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

La France a basculé dans la folie populaire et médiatique depuis le titre mondial de l'équipe de France de football. Que font les Bleus ? Que mangent-ils ? Où passent-ils leurs vacances ? On sait tout d'eux. Et rien ou pas grand-chose des autres sportifs.

illustration : la parade sur les Champs-Elysées - AFP
illustration : la parade sur les Champs-Elysées - AFP © AFP

Mayenne, France

Pas de la jalousie pour Jean-Yves Bréhin mais une certaine frustration de voir les footballeurs mis autant en avant

La France est une pépinière de champions. Dans de nombreuses disciplines collectives et individuelles. Pas qu'en foot ! Et pas que chez les hommes ! Du coup, s'il faut bien évidemment saluer la performance de l'équipe de France de football, il faut penser aussi aux autres athlètes qui s'entraînent dur pour faire briller les couleurs de la France au niveau international. 

C'est le sens du message de Jean-Yves Bréhin, le président du comité olympique et sportif en Mayenne : "il n'y a pas de jalousie. On ne peut être que satisfait du titre qu'ont obtenu les footballeurs français. Tout le monde est forcément heureux qu'une équipe de France gagne. Mais c'est vrai que, par rapport à d'autres sélections, basket, volley, hand-ball (6 titres de champion du monde, 2 titres de champion olympique) et là on ne va pas en parler autant. Je le regrette. Il y a aussi des sportifs dans des sports individuels comme le cycliste sur piste mayennais François Pervis qui remportent des trophées. Et on n'en parle pas autant. C'est là ma frustration qu'on ne puisse pas évoquer à part égale de tous les sports".