Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mondial 2018 de football

Mondial 2018 : les Bleus, symboles de la jeunesse française

mercredi 11 juillet 2018 à 17:13 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne et France Bleu

ll y a eu la génération 98. Il y aura la génération 2018 c'est une certitude. Les jeunes semblent s'identifier totalement aux joueurs de l'équipe de France. Ensemble ils forment la génération 3.0, celle des réseaux sociaux. France Bleu Mayenne a rencontré des ados en stage de foot près d'Evron.

illustration
illustration - Profil Facebook Sport Action Jeunesse

Évron, France

Les Bleus ont la vingtaine, certains à peine, et les ados que nous avons rencontrés en font leurs porte-paroles, leurs porte-étendards raconte Alexis : "ils sont aussi jeunes que nous, ça fait rêver. Je ne m'imagine pas à leur niveau mais c'est bien pour la jeunesse"

On essaie nous aussi de faire notre rêve"

M'Bappé, 19 ans, Hernandez, Pavard, 22 ans, Dembélé, 21 ans et beaucoup d'autres de l'équipe n'ont pas vibré en 98, ils n'étaient même pas nés ou encore bébés. Alors, oui, ce sont des modèles souligne Yoan et Grégory : "on s'inspire un peu d'eux aussi et ça fait toujours plaisir de voir des jeunes en équipe de France. Ce sont des exemples à suivre. On essaie tous de faire comme eux. On essaie de faire notre rêve"

Cette jeunesse et les Bleus forment un bloc, peut-être encore plus qu'en 1998, c'est ce que pense Arthur. Et grâce à des outils et des loisirs qui les unissent : jeux vidéos, Facebook, Twitter, Instagram : "M'Bappé, il a seulement trois ans de plus que moi. Oui, je les suis tous les soirs voir ce qu'ils racontent. Ils nous représentent, nous, au Mondial"

Leur éducateur, Valentin, avait 9 ans en 1998. Il souhaite que ces ados vivent ce que lui a déjà vécu : "un énorme souvenir qui restera à jamais. J'espère qu'on vivra la même chose dimanche soir après la finale"

Dimanche 15 juillet, on croise les doigts pour que la génération 2018 obtienne, à son tour, une étoile.

  • La finale de la Coupe du Monde se déroulera à 17h (heure française) à Moscou. 

Notre dossier Mondial 2018