Société

Mondial Pupilles de Plomelin : les organisateurs sont inquiets

Par Yacine Sahnoune, France Bleu Breizh Izel lundi 13 avril 2015 à 17:46

Mondial Pupilles de Plomelin : les organisateurs sont inquiets

Qui voudra bien accueillir deux jeunes footballeurs du monde entier pendant quatre jours du 14 au 17 mai ? La question agite Plomelin, près de Quimper. L'organisation du tournoi, qui accueille 1400 jeunes par an, lance un appel à l'aide.

Des sacs en peau de crocodile du Cameroun, des bouteilles d'alcool russes : Jean-Jacques Cariou présente, amusé, ces centaines de souvenirs ramenés par des équipes du monde entier.

Cette année, elles seront 88 à concourir au Mondial Pupilles de Plomelin du 14 au 17 mai . 1400 jeunes de 11 à 13 ans joueront au football. Et cette fois-ci, le plus beau cadeau pour Jean-Jacques Cariou viendrait des familles bretonnes.

"Essayez, et vous verrez"

L'organisateur est inquiet : "Chaque année certaines équipes vont à l'hôtel, ou au camping. Une autre loge chez des familles du coin. Cette année on n'en n'a pas assez. Il faut qu'elles se mobilisent. On ne demande pas grand chose : simplement d'accueillir deux jeunes joueurs pendant quatre jours" . "Essayez, et vous verrez" , lance-t-il.

Décalage horaire

Cathie Lefloch, elle, accueille ces jeunes, depuis sept ans. "On a eu des brésiliens, des marocains. Cette année on reçoit des jeunes de Metz" . Chaque jour, "on leur prépare le petit-déjeuner, le dîner. On apprend un peu de leur langue, ils apprenent un peu de la nôtre" , explique Cathie.

Mondial pupilles ENRO

Et puis, surtout, "c'est la fête pendant quatre jours" , explique-t-elle. "La journée ils ont tournoi. Le soir, les familles du quartier et les enfants jouent avec ces jeunes brésiliens, ces jeunes marocains. Il y a de vrais liens d'amitié".

"On pleure quand ils partent. On devient leur maman. On devient leur papa. Les brésiliens, je devais leur faire un bisou le soir, parce qu'ils étaient loin de chez eux. Ils avaient besoin de ça pour dormir !"

D'autant que l'enjeu est de taille pour ces jeunes. De nombreux sélectionneurs, recruteurs, participent au Mondial Pupilles. "Il y aura un gamin sur cent, un sur deux-cent, voire un sur quatre-cent qui sortira du lot" , explique Jean-Jacques Cariou. "Mais tout le monde veut être celui-là" .

Mondial pupilles SON