Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : #MonSainté

#MonSainté vous emmène au Soleil, un quartier populaire en pleine transformation

mercredi 22 novembre 2017 à 22:06 - Mis à jour le mercredi 22 novembre 2017 à 22:11 Par Noémie Philippot, France Bleu Saint-Étienne Loire

Situé derrière la gare de Châteaucreux, le quartier du Soleil est vieillissant, mais en pleine mutation : les engins de chantier s'activent pour installer la troisième ligne de tramway, qui devrait mieux relier le quartier au centre ville. Ici, tout le monde n'est pas convaincu par le projet.

La circulation est difficile sur les grands axes du quartier, comme le boulevard du 8 mai 1945 : entre les barrières, les trous et les camions, le passage est étroit.
La circulation est difficile sur les grands axes du quartier, comme le boulevard du 8 mai 1945 : entre les barrières, les trous et les camions, le passage est étroit. © Radio France - Noémie Philippot

Saint-Étienne, France

Le quartier du Soleil est difficile d'accès en voiture en ce moment, parce qu'il est en plein travaux : la ligne 3 du tramway doit y arriver dans deux ans. Sur le boulevard du 8 mai 1945, un des axes principaux, la circulation est difficile : entre les barrières, les engins et les trous, le passage est étroit. Ces travaux doivent permettre de mieux relier le Soleil au centre de la ville.

Un quartier populaire et vieillissant qui change de visage

Presque 2750 personnes habitent ici. Maggy a 80 ans et vit dans le quartier depuis dix ans. Pour elle, le Soleil manque de vie : "Je le vois triste, très triste, et puis on ne peut pas dire qu'on a beaucoup de jeunesse. C'est triste, le soir il n'y a plus personne dans les rues." Elle pense aussi que les gens ont peur de sortir de chez eux en fin de journée, parce que sur la place où se croisent le boulevard du 8 mai 1945 et la rue de la liberté, elle assure qu'il y a un trafic de drogue : "Le coiffeur, il reste ouvert jusqu'à 11 heures le soir !"

Justement cette place, Catherine y passe tous les jours en allant chercher son fils à l'école. Elle a un tout autre avis sur le quartier : "On y vit bien, je trouve que c'est en pleine évolution. Le Soleil c'est un peu un village, et je trouve que depuis quelques temps ça revit, avant c'était un peu ... mort." Catherine est convaincue qu'une fois les travaux du tramway terminés, ce sera encore mieux. Mais en attendant, le chantier fait souffrir les commerçants. Ababui Rhaled tient une petite épicerie : "J'avais surtout les papys et les mamies, mais quand ils voient ça, des trous partout, ils ont déjà du mal à marcher avec leurs cannes ... Et puis il n'y a plus de places pour se garer, alors on perd de la clientèle. C'est difficile, je suis obligé de faire les marchés pour tenir."

A l'intersection du boulevard du 8 mai 1945 et de la rue de la liberté, difficile de savoir où rouler pour les voitures, et où traverser pour les piétons. - Radio France
A l'intersection du boulevard du 8 mai 1945 et de la rue de la liberté, difficile de savoir où rouler pour les voitures, et où traverser pour les piétons. © Radio France - Noémie Philippot

Ce commerçant en est convaincu, quand les travaux au Soleil seront terminés, la cote du quartier va augmenter, et les loyers avec : "Quand tout ça sera là, tout va prendre de la valeur. Les gens qui sont là depuis des années ne pourront plus payer leur loyer. Avant le début des travaux, tous les locaux étaient libres, personne n'en voulait, alors que maintenant, trouvez-moi en un de libre !" C'est justement pour ça qu'il s'est installé ici il y a 3 ans, mais avec le chantier, il ne fait parfois que 70 euros de bénéfice, alors il a peur de devoir fermer.

Ababui Rhamed pense que les travaux du tramway vont faire augmenter la cote du Soleil, et amener une autre population.

La Grande Mosquée Mohammed VI : un nouveau lieu de la vie du quartier

Parmi les changements, il y a eu la construction de la Grande Mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne, inaugurée en 2012. Youssef Afif est le coordinateur des activités de la Grande mosquée. Pour lui, en cinq ans, elle est devenue un patrimoine de Saint-Etienne, et un lieu important de la vie du Soleil, symbole aussi de sa mixité culturelle : "Quand on parle du minaret, on fait tout de suite la comparaison avec le cloché de l'église juste derrière. On fait comprendre que cette mixité culturelle est présente et qu'elle se passe très bien. C'est un quartier très présent de la République, contrairement à ce qu'on pourrait dire éventuellement, c'est loin d'être un quartier perdu de la République", explique-t-il en faisant référence aux propos de Laurent Wauquiez sur RTL, citant Saint-Etienne comme une ville minée par le communautarisme.

Quand on regarde la mosquée depuis le trottoir d'en face, le minaret s'aligne presque avec le cloché de l'église, comme un symbole de la mixité culturelle du quartier. - Radio France
Quand on regarde la mosquée depuis le trottoir d'en face, le minaret s'aligne presque avec le cloché de l'église, comme un symbole de la mixité culturelle du quartier. © Radio France - Noémie Philippot

Youssef Afif espère que la Grande mosquée fera venir encore plus de monde dans le quartier du Soleil : un projet de centre culturel, avec une médiathèque et un musée, est à l'étude. Le lieu fait déjà rayonner le quartier au-delà de Saint-Etienne : depuis deux ans, la Grande mosquée est le site le plus visité de la Loire pour les journées du patrimoine.

Et vous, à quoi ressemble votre quartier ? #monsainté