Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Mai-68

Monseigneur Jacques Gaillot à Reims il y a 50 ans : "ce que j'ai gardé de Mai-68"

mercredi 2 mai 2018 à 6:05 Par Sylvie Bassal, France Bleu Champagne-Ardenne

Monseigneur Jacques Gaillot était à Reims en 1968, professeur de théologie au Grand séminaire. L'évêque de Partenia se souvient de cette époque.

Monseigneur Jacques Gaillot
Monseigneur Jacques Gaillot © Maxppp - Alain DELPEY

Reims, France

"C'est un mouvement que je n'ai pas vu venir ". L'ancien évêque d'Evreux, aujourd'hui évêque de Partenia, était à Reims en Mai 68. Professeur de théologie au Grand séminaire de Champagne-Ardenne. Dans le livre  intitulé "MAI 68 raconté par des catholiques", aux éditions du Temps Présent, Mgr Jacques Gaillot se souvient des tensions qui ont traversé la communauté des jeunes séminaristes: " ceux qui ont pris part avec enthousiasme aux rassemblements, comme ceux qui se sont recroquevillés en attendant, angoissés, la fin des événements". Prêtre du diocèse de Langres à Reims, il a compilé les lettres que les prêtres lui adressaient." La parole était libérée" dit aujourd'hui Mgr Gaillot, "les prêtres se défoulaient, des anciens se plaignaient de l'incompréhension des autorités diocésaines, dans ce qu'ils vivaient et faisaient. Ils avaient l'impression de ne pas compter".

Une parole libérée

De Mai 68, il a gardé cette liberté de parole, le besoin de s'occuper des hommes et des engagements qui l'ont privé en 1995 de son évêché d' Evreux. Ecarté, il est nommé évêque de Partenia - siège épiscopal disparu au Ve siècle et dont on ignore l'ancienne localisation exacte- mais il est resté engagé dans les luttes sociales et sociétales. A 82 ans, il a pris part, symboliquement lundi, au départ de la marche solidaire pour les migrants au départ de Vintimille via Calais puis Londres où la marche est attendue le 8 juillet. " On accueille mal les migrants, j'ai honte " a dit Mgr Jacques Gaillot sur France Bleu.