Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Monseigneur Thierry Jordan, l'archevêque de Reims quitte la cathédrale où il officiait depuis près de 20 ans

mardi 26 juin 2018 à 10:58 Par Annelaure Labalette, France Bleu Champagne-Ardenne

Archevêque de Reims depuis 1999, Monseigneur Thierry Jordan officiera pour sa dernière messe ce dimanche 1er Juillet à la cathédrale de Reims à 16 heures. A 75 ans, il prend sa retraite et se retire comme le veut le droit de l'Eglise.

La cathédrale de Reims de nuit lors de la projetcion sons et lumières
La cathédrale de Reims de nuit lors de la projetcion sons et lumières © Maxppp - Jean Pierre NGUYEN

Reims, France

La messe de ce dimanche 1er juillet 2018 à la cathédrale de Reims aura un goût tout particulier pour Monseigneur Thierry Jordan, archevêque de Reims, car ce sera sa dernière messe. A  75 ans, il prend sa retraite après  19 ans passés dans la Cité des Sacres au service de ses milliers de fidèles.

"Je suis l'évêque de France le plus ancien , je suis évêque depuis 31 ans, ce qui est beaucoup car j'ai été nommé très jeune, alors forcément, partir, pour moi, c'est un déchirement parce que ma mission à été de connaître, d'aimer les gens, dialoguer avec eux, d'essayer de faire passer un message et en même temps, je me dis que la raison et le bon sens veulent qu'arrive quelqu'un de plus jeune que moi et qui ne fasse pas forcément comme quoi, que cette personne  ait un autre type d'entrain et de dynamisme, pour que ça change un peu".

L'office de dimanche devrait remplir la cathédrale de Reims. Monseigneur Jordan recevra une quinzaine d'évêques, des parlementaires marnais et ardennais également. "Il y aura des écrans géant dans la cathédrale pour que tout le monde puisse bien voir" raconte t"il.

Au cours des 19 années passées à Reims, Thierry Jordan n'oubliera pas les moments qu'il a passé avec ses fidèles dans son diocèse mais aussi les démarches qu'il a faites sur son temps privé comme celles d'aller à la rencontre des détenus de la maison d'arrêt de Reims. "Chaque année, j'y célèbre la messe de Noël et du Nouvel an" explique t'il "j'ai aussi tissé un lien très fort avec les gens du voyage dans les Ardennes. Ce peuple m'a adopté, avec eux, je me sens en famille, ils ont un immense sens de l'hospitalité. Je suis pour eux leur "Ratchaï", l'homme de Dieu".

La rencontre Emmanuel Macron avec le Pape François à Rome: une bonne occasion d'en savoir plus l'un sur l'autre

Ce mardi, à Rome, le président français rencontre pour la première fois le Pape. Ensemble, ils vont parler de sujets d'actualité comme la laïcité, la crise migratoire ou encore les chrétiens d'Orient et la PMA. Emmanuel Macron recevra ensuite le titre symbolique de Chanoine d'honneur de la Basilique St Jean de Latran.  "Comme j'ai travaillé 8 ans à Rome, affirme Monseigneur Jordan,  j'ai déjà assisté à ce genre de rencontre entre le Pape et un président français. C'était le 1er décembre 1975, la rencontre entre _Paul VI et Valéry Giscard d'Estaing_. " C'est une coutume qui remonte à Henri IV et qui montre l'estime que le Saint siège a pour la France qui est un pays majoritairement catholique et qui a une influence incontestable dans le monde".  

Pour Monseigneur Jordan, l'essentiel de cette rencontre c'est qu'Emmanuel Macron et le Pape François apprennent à mieux se connaître et peut être à resserrer le lien entre l'église et l'Etat. On se souvient de l'épisode de la Conférence des évêques de France en avril dernier où Emmanuel Macron avait appelé à "réparer" le lien qui s'était "abîmé" entre l'église et l'Etat (depuis l'adoption officielle du mariage homosexuel en France).