Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mont-de-Marsan : "il faut visualiser un gâteau au chocolat", premiers tests salivaires dans une école

-
Par , France Bleu Gascogne

À l'école du Bourg neuf de Mont-de-Marsan, les trois quarts des élèves et la quasi-totalité du personnel ont participé à la campagne des tests salivaires, ce vendredi 26 février. Elle doit se poursuivre dans plusieurs autres écoles du département, cette semaine.

Il suffit de cracher dans un petit flacon en plastique.
Il suffit de cracher dans un petit flacon en plastique. © Radio France - Paul Sertillanges

"Si ça peut nous permettre de travailler avec un peu plus de sérénité, c'est pas plus mal", sourit le directeur de l'école Jean-Pascal Roumat. Les tests salivaires ont duré toute la matinée, ce vendredi 26 février. Environ 180 élèves et 29 personnels de l'établissement ont participé.

On salive quand on a faim. Il faut visualiser un gâteau au chocolat !"  
- Pierre, AESH

"Les enfants le font, donc il n'y a pas de raison de ne pas le faire", lâche Pierre, accompagnant d'un élève en situation de handicap. Le test est simple en apparence : il suffit de cracher dans un flacon. "Quand ils sont petits, c'est difficile, assure Serge Terral, biologiste au laboratoire montois Exalab, il y en a certains qui n'y arrivent pas."

Tests salivaires dans une école montoise - Reportage

Tous les élèves n'ont pas été testés car certains ont refusé et d'autres n'ont pas ramené à temps l'autorisation parentale. Le laboratoire doit avoir les noms et le nombre de personnes testées en avance pour pouvoir tout préparer.

"Un ou deux refus par classe..." - Jean Pascal Roumat

La campagne doit se poursuivre dans plusieurs autres écoles du département, cette semaine ; des établissements répartis sur le territoire précise l'académie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess