Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mont-de-Marsan : troisième manifestation contre le projet le loi de "sécurité globale"

-
Par , France Bleu Gascogne

Nouvelle mobilisation dans les Landes ce samedi matin contre le projet de loi de sécurité globale. Près d'une centaine de personnes se sont réunies place Saint-Roch à Mont-de-Marsan pour demander le retrait total du texte, et dénoncer des décrets publiés début décembre au Journal Officiel.

Cette nouvelle mobilisation pour défendre les libertés a réuni plusieurs dizaines de personnes à Mont-de-Marsan
Cette nouvelle mobilisation pour défendre les libertés a réuni plusieurs dizaines de personnes à Mont-de-Marsan © Radio France - Valérie Mosnier

Malgré le début des vaca,ces et à l'approche de Noël, environ 80 personnes ont manifesté ce samedi matin contre le projet de loi de sécurité globale, à Mont-de-Marsan. Troisième mobilisation à l'initiative du Comité Landais, qui regroupe 13 organisations : des syndicats et des associations. Comme le 28 novembre et le 11 décembre, les manifestants sont venus défendre les "libertés fondamentales", attaquées selon eux dans le projet de loi de sécurité globale dans son ensemble et pas uniquement par l'article 24, qui interdit et pénalise la diffusion malveillante d’images des forces de l’ordre et dont le gouvernement a finalement laissé au Parlement le soin de trouver une nouvelle formulation alors que le texte doit passer devant le Sénat en mars. D'ailleurs, le Conseil de l'Europe a exhorté le Sénat à amender ce texte, estimant que son article 24, très critiqué, portait en l'état "atteinte à la liberté d'expression".

Les manifestants demandent également l'abandon de la loi de programmation de la Recherche et dénoncent des décrets publiés début décembre. Ces derniers permettraient le fichage des citoyens pour leur militantisme politique, philosophique, syndical ou associatif disent les manifestants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess