Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Montbéliard : 138 nouveaux gardiens de la paix sortent de l’école

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Ils avaient intégré l’école de police de Montbéliard en avril 2015 soit trois mois après les premières attaques terroristes de Paris. La première promotion de gardiens de la paix, post attentat, est sortie ce vendredi.

La 235ème promotion de l'école de police de Montbéliard /
La 235ème promotion de l'école de police de Montbéliard / - Nicolas Wilhelm

Ce n'est pas une promotion comme une autre qui est sortie ce vendredi de l'école de police de Montbéliard. 138 jeunes ont été promus gardiens de la paix. Ils étaient entrés à l'école de police de Montbéliard en avril 2015 trois mois après la première vague de terrorisme dans Paris. Parmi eux, 113 garçons et 25 filles, leur moyenne d’âge est de 26 ans. La vague de terrorisme de 2015 a entraîné un engouement pour les métiers de la sécurité.

Le risque est plus élevé pour les policiers.

Les attentats de Paris ont rajouté des risques au métier mais la motivation des jeunes est palpable. « Ces événements ont redonné un regain de pugnacité à nos élèves. Ils leur tardent d’aller sur le terrain, l’envie de rendre service est forte chez eux » indique Denis Wurlin, directeur de l'école de police de Montbéliard.

Denis Wurlin, directeur de l'école de police de Montbéliard

Après La Marseillaise puis le traditionnel lancer de casquettes blanches, les 138 jeunes sont devenus officiellement gardiens de la paix.

"Une certaine fierté » pour Pierre d’Héricourt

Pierre, 26 ans d’Héricourt, est l’un des jeunes promus. Il va prochainement rejoindre le commissariat du Xème arrondissement de Paris. « C’est évidemment là que tout s’est passé mais il ne faut pas y penser sous peine d’aller au travail à reculons » témoigne cet ancien étudiant en musicologie.

Pierre d'Héricourt va rejoindre un commissariat de la capitale

Ses proches qui assistaient à la cérémonie ce vendredi se montrent plus inquiets mais philosophes. « Paris ou ailleurs, on savait qu’il y avait de toute façon des risques quand il nous a annoncé qu’il voulait devenir policier » indique Denis le papa.

Denis, un papa inquiet mais philosophe

Les parents de Pierre peuvent se dire que leur fils a déjà l'expérience d'une grande ville. Avant de réussir le concours d'entrée à l'école de police, il a passé trois ans comme adjoint de sécurité dans un commissariat de Lyon.

En France, plus de 4 500 gardiens de la paix comme Pierre sortiront des écoles de police cette année et en 2017.

Choix de la station

France Bleu