Société DOSSIER : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Montbéliard : nouvelle étape pour la rénovation urbaine de la petite Hollande

Par Nicolas Wilhelm, France Bleu Belfort-Montbéliard mercredi 13 septembre 2017 à 7:20

La pelle de l’entreprise PB BTP à la manœuvre sur la façade de l’immeuble
La pelle de l’entreprise PB BTP à la manœuvre sur la façade de l’immeuble © Radio France - Nicolas Wilhelm

Le quartier de la petite Hollande à Montbéliard poursuit son renouvellement urbain. Les travaux de démolition d'un d'immeuble de huit étages ont été lancés ce mardi rue du petit Chênois.

Ce sont 479 appartements sur huit étages, propriétés du bailleur Habitat 25, qui vont disparaître du paysage local. Pas d'effondrement, c'est une pelle de vingt mètres de long qui va grignoter l'édifice pendant deux mois. C'est le cinquième immeuble du quartier qui va faire place nette dans le cadre du programme de renouvellement urbain. Il s'agit de construire des immeubles beaucoup plus bas (quatre niveaux maximum) et beaucoup moins énergivores.

Un quartier d’intérêt national

Démolir, reconstruire et réhabiliter, c'est le rôle de l'ANRU, l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine. Depuis 2004, par le biais de cette agence, l'Etat donne de l'argent aux collectivités locales et aux bailleurs pour financer ces opérations de rénovation urbaine. La petite Hollande a été retenue par l'ANRU dans sa liste des quartiers d'intérêt national. « L’idée, c’est de transformer ces quartiers qui sont devenus difficiles à vivre d’un point de vue urbain pour que les gens s’y sentent mieux. Par exemple sur la rue du petit Chênois, nous avons reconstruit beaucoup d’immeubles neufs à la place d’ensembles devenus obsolètes » explique Jean-Luc Labourey directeur général d'Habitat 25 qui possède, avec Néolia, le plus d’appartements à la Petite Hollande. Deux autres démolitions sont prévues dans les prochains mois.

Le Jules Verne, vitrine de l’ANRU

Terminé, les tours à huit étages. On construit désormais des immeubles beaucoup plus bas : 4 niveaux maximum. Les premiers effets de l'ANRU à la petite Hollande datent de 2005 avec la construction de la salle de spectacle le Jules Verne. Avec autour une ludothèque, une crèche, un centre de loisirs, cet espace est devenu incontestablement l'équipement phare du quartier. A cet endroit-là, il y avait un immeuble vétuste.

Relogement : un habitant sur trois quitte le quartier

Dans le cadre du relogement, un habitant sur trois chez Habitat 25 ne reste pas dans le quartier. La petite Hollande aujourd'hui, c'est 40% de copropriétés et 60 % de locatifs. Si les grands ensembles ne correspondent plus aux attentes, leur disparition touche quand même la population. « Ca fait mal au cœur évidemment mais en même temps davantage de place. Ces immeubles ont plus de trente ans. En vingt ans, ce ne sont plus les mêmes personnes qui vivent ici. Les enfants qui travaillent désormais sont partis vivre ailleurs. Il y a beaucoup moins de familles nombreuses qu’avant » décrit une habitante qui vit depuis 20 ans à la petite Hollande.

La mairie a encore des projets dans les cartons

La mairie prévoit la reconstruction de nouveaux logements et la construction de petites maisons pour permettre l'accès à la propriété. « On ne peut pas démolir sans avoir de perte d’habitants. Donc nous devons désormais être vigilants, nous assurer que les habitants puissent revenir habiter leur quartier dans les mois qui suivent » explique Marie-Noëlle Biguinet, maire de Montbéliard. Pas sûr que cela suffise à stopper l'hémorragie. Le quartier de la petite Hollande compte aujourd'hui 9 000 habitants c’est à dire 5 000 de moins qu'au début des années 2000.