Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Montboucher : le maire jette l'éponge, son mandat est intenable

-
Par , France Bleu Creuse

Le maire de Montboucher jette l'éponge. Elu en juillet dernier, Jean-Marc Vellard n'arrive plus à gérer à la fois sa commune et sa ferme. La goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est ce chantier de restauration d'une ancienne ferme sur la route D941 qui relie Bourganeuf à Limoges.

Démissionnaire de ses fonctions de maire, Jean-Marc Vellard reste conseiller municipal de Montboucher, pour éviter de déclencher de nouvelles élections.
Démissionnaire de ses fonctions de maire, Jean-Marc Vellard reste conseiller municipal de Montboucher, pour éviter de déclencher de nouvelles élections. © Radio France - Matthieu Le Meur

Pendant les premières semaines de son mandat, il a essayé de faire les deux : son mandat d'élu, et son métier d'éleveur. Mais ça s'est révélé intenable. Alors quand sa première adjointe jette l'éponge début décembre, Jean-Marc Vellard lui emboîte le pas. "La mairie au début j'y allais deux après-midi par semaine, aujourd'hui j'y vais pratiquement tous les jours." Impossible dans ces conditions de gérer en même temps son exploitation agricole, où il élève 75 broutards sur 100 hectares.

Un dossier occupe la majorité du temps des élus de Montboucher : celui de la restauration d'un ancien corps de ferme, sur la D941 entre Limoges et Bourganeuf. Un cadeau de l'ancienne majorité (les travaux ont commencé il y a un an), qui souhaitait profiter de la situation du bâtiment pour ouvrir un restaurant, et une boutique de produits locaux. "L'idée était bonne dès le départ," insiste Jean-Marc Vellard, "il n'y a pas de restaurant d'ouvert pratiquement le soir, là on a la place pour garer les camions si les routiers veulent s'arrêter." 

Un chantier à plus de 400 000 euros

Mais rien ne se passe comme prévu : le chantier devrait être livré ce mois-ci, impossible à cause de la crise sanitaire. Et le cours des travaux a fait exploser le budget du projet : des 390 000 euros initiaux, la facture oscille maintenant autour des 450 000 euros. Et Jean-Marc Vellard table sur un coût total de 600 000 euros, en comptant les aménagements routiers pour accueillir les camions.

Depuis juillet dernier, la première adjointe à la mairie, Laurence Coulaud, "a passé des week-ends entiers sur le dossier." Jean-Marc Vellard, lui aussi, est épuisé. "Une semaine j'ai calculé, pour la commune j'ai fait 300 kilomètres, pour aller aux réunions, aller à Guéret." L'élu ne se voit pas assurer tout seul les tâches de deux personnes, "toujours plus de travail, au bout d'un moment ça suffit."

"On ne dort pas tranquille toutes les nuits"

Le poids de la tâche est d'abord financier, les comptes de la commune sont asphyxiés par ce projet. "Pour économiser," la nouvelle équipe municipale "a refusé d'augmenter les indemnités des élus." Et ça a des répercussions sur la vie de Jean-Marc Vellard. "C'est épuisant, il y a des jours on se  calcule, on dort pas tranquille toutes les nuits."

Jean-Marc Vellard est encore théoriquement maire de Montboucher. Il a transmis sa lettre de démission à la préfecture de la Creuse, qui doit l'accepter dans les jours à venir. Une fois sa démission acceptée, il restera conseiller municipal de Montboucher, pour ne pas avoir à organiser de nouvelles élections.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess