Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Montbrison : le député Julien Borowczyk propose une délégation de service public pour l'Ehpad

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

L'avenir de l'Ehpad de Montbrison est encore flou : le conseil de surveillance avait annoncé un probable passage à une gestion privée, soulevant la colère des syndicats, des familles et des agents. Le député LREM de la Loire, Julien Borowczyk, propose une délégation de service public.

Ehpad de Montbrison
Ehpad de Montbrison © Radio France - Yves Renaud

Montbrison, France

Difficile pour l'instant de savoir ce que va devenir l'Ehpad de Montbrison : le bâtiment est vétuste, l'accueil des résidents n'est plus optimal et les conditions de travail des agents ne sont pas bonnes. Depuis le début de l'année, la question se pose de refaire ou non un établissement.

En janvier dernier, le conseil de surveillance avait annoncé l'impossibilité de rénover l'actuel établissement, et donc la construction d'un nouvel Ehpad mais qui ne serait pas dans le centre-ville montbrisonnais. Le conseil de surveillance a également annoncé la forte probabilité d'un passage à une gestion privée pour financer le projet. L'Agence régionale de santé (ARS) a refusé au Centre hospitalier du Forez (CHF) un nouvel emprunt, face au fort endettement du centre. 

Cette proposition de passage à une gestion privée a soulevé la colère des familles, des syndicats et des résidents. "Pour l'instant, _on en est à la sélection du bureau d'étude qui va établir le cahier des charges que l'établissement va exiger du futur gestionnaire_, et en particulier la reprise de tout le personnel et l'obligation d'un reste à charge pour le résident qui serait de 63 euros par jour et par résident maximum", détaille Paul Bouilhol, délégué Force Ouvrière au CHF. "Nous, organisations syndicales, ainsi que les associations d'usagers, nous avons re-demandé auprès des politiques et des administrations, la possibilité d'étudier la rénovation sur site et le maintien de l'offre d'un Ehpad public. Nous pensons qu'il est possible de le réaliser et que c'est une question de volonté politique plus qu'une volonté financière".

Garder la maîtrise du personnel et des prix

La construction d'un nouvel établissement est estimée entre 20 et 25 millions d'euros. Presque le même prix que la proposition du député Julien Borowczyk : une délégation de service public. "Il faut qu'on trouve des solutions dans le centre-ville. Ma proposition c'est un Ehpad neuf, puisque la rénovation ne peut pas s'envisager, sur le terrain qui jouxte actuellement l'Ehpad et qui appartient au CHF. C'est un projet qui n'est pas la vente des lits à un opérateur privé, mais le maintien du CHF. On délègue pendant une vingtaine d'années les lits à un opérateur privé qui construit le bâtiment neuf et qui prélève le coût journalier de 60 euros. Il entretient le bâtiment, paye le personnel qui est préservé dans l'emploi et rétrocède à la fin de la délégation. Mais le CHF reste maître à bord sur les prix et le personnel", explique le député. 

Julien Borowczyk regrette également que d'autres projets que celui de la vente au privé n'aient pas été étudiés. Il souligne un manque de concertation avec la population.