Société

À Montpellier, des mains pour soigner les maux des migrants

Par Sylvie Duchesne, France Bleu Hérault mardi 27 décembre 2016 à 18:35

© Radio France - Sylvie Duchesne

À Montpellier, les ostéopathes de l'association DISOS (les dispensaires de l'ostéopathie) vont apporter bénévolement leurs traitements manuels aux migrants venus de Calais, hébergés depuis deux mois au Centre d'accueil et d'Orientation.

Cela fait maintenant deux mois qu'une partie des migrants qui vivaient dans le camp de Calais sont hébergés dans des Centres d'Accueil et d'Orientation à travers toute la France. À Montpellier, ils sont 80, hébergés dans des Algéco installés dans le quartier du Millénaire. Des hommes âgés de 20 à 30 ans, en majorité soudanais et afghans.

Le reportage de Sylvie Duchesne

Comme ils le font déjà depuis sept ans auprès des personnes démunies ou en grande difficulté, les ostéopathes de l'association DISOS (les dispensaires de l'ostéopathie) ont décidé d'offrir bénévolement leurs soins manuels à ces migrants.

Une démarche humaine et citoyenne

"Notre métier, c'est un soin manuel qui permet de retrouver dans leurs corps, les traces des traumatismes, qu'ils soient physiques ou psychologiques "

Eric Perraux, président de DISOS

Julie Thibaut, Eric Perraux et Catherine Blondin  - Radio France
Julie Thibaut, Eric Perraux et Catherine Blondin © Radio France - Sylvie Duchesne

"On sent qu'il y a beaucoup de stress porté. Ils ont vraiment des impacts physiques forts, des violences le plus souvent ".

"Beaucoup de stress"

La première séance avait lieu ce mardi au CAO. Deux autres sont prévus à quinze jours d'intervalle grâce aux 24 ostéopathes de l'association DISOS qui interviennent bénévolement, sur leur temps de travail ou pendant leurs vacances.

Des gens souvent tourmentés

Rifat a 27 ans. Il est soudanais. C'est l'un des premiers à être passé entre les mains des ostéopathes. Depuis qu'ils ont vu le bien que cela lui a fait, tous les autres veulent suivre son exemple. Lui, il a décidé de demander l'asile politique en France.

Rifat est soudanais

Les migrants devraient encore rester de longues semaines à Montpellier.