Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Violences et interpellations en fin de manifestation contre la loi de sécurité globale à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

Ce samedi 16 janvier 2021, entre 1.500 et 3.000 manifestants ont marché contre la loi de sécurité globale, à Montpellier. La mobilisation, partie du quartier de la Paillade pour arriver sur l'Esplanade, a débuté dans une ambiance festive. Le climat s'est tendu en fin de manifestation.

En fin de manifestation, les forces de l'ordre ont dispersé les derniers manifestants avec des bombes lacrymogènes.
En fin de manifestation, les forces de l'ordre ont dispersé les derniers manifestants avec des bombes lacrymogènes. © Radio France - Clara GUICHON

Pour cette nouvelle journée de mobilisation contre la loi de sécurité globale, un texte jugé liberticide par ses opposants, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblés, ce samedi 16 janvier 2021, à Montpellier. Ils étaient 1.500 selon les forces de l'ordre, 3.000 selon un collectif qui a organisé l'événement.

La manifestation a commencé à 11 heures, devant le théâtre Jean Vilar, dans le quartier de la Paillade. Les manifestants ont déambulé jusqu'à l'esplanade Charles-de-Gaulle, dans une ambiance festive et musicale. Des tracts ont été distribués aux passants pour les informer du contenu de cette proposition de loi.

Violences et interpellations en fin de manifestation

En fin de manifestation, le climat s'est tendu entre forces de l'ordre et manifestants. Une compagnie de CRS a été déployée. Des projectiles et des bombes lacrymogènes ont été échangés. Six personnes ont été interpellées et cinq ont été placées en garde-à-vue. Une sono, utilisée dans le cortège, a également été saisie par les forces de l'ordre.

"Nous dénonçons cet incroyable coup de force dans le cadre d'une manifestation déclarée et nous exigeons la levée de toutes les poursuites ou sanctions et la restitution du matériel confisqué", a réagi La Libre Pensée, l'un des collectifs organisateurs. Dans le reste de l'Hérault, les manifestations se sont déroulées sans encombre. Selon les organisateurs, ils étaient 250 à Béziers et 150 à Sète.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess