Société

Les Halles Laissac de Montpellier seront-elles finalement reconstruites ?

Par Sébastien Garnier, France Bleu Hérault vendredi 7 octobre 2016 à 17:04

Le trou des Halles Laissac
Le trou des Halles Laissac © Radio France - Sébastien Garnier

Les travaux de construction des nouvelles Halles Laissac à Montpellier ne débuteront que dans un an. Pourtant, la déconstruction des anciennes Halles est déjà terminée. Des commerçants craignent que ce délai soit synonyme d'abandon du projet.

La déconstruction des Halles Laissac, dans le centre ville de Montpellier, est terminée. Elle laisse place à un grand trou derrière les palissades de chantier. Ce trou va être bouché puis sur la dalle reconstruite, des arbres (en pot) seront plantés et des animations proposées, on parle aussi d'y installer un manège.

"Je trouve que ça fait un espace lumineux très agréable" Bénoni, un habitant des immeubles alentours.

La construction des nouvelles Halles débutera seulement fin 2017, pour une livraison un an plus tard. Officiellement, c'est le délai nécessaire pour réaliser les appels d'offre. C'est le "temps administratif" explique le maire de Montpellier, Philippe Saurel.

Les commerçants espèrent que le projet n'est pas remis en cause

Certains commerçants,notamment les étaliers des Halles Laissac aujourd'hui installés dans l'ancien cinéma Diagonal en bas du Boulevard Gambetta, jugent ce délai d'un an un peu long et l'argument un peu suspect. Ils espèrent que le projet ne sera pas remis en cause et que la place ne va pas rester vide, ce qui satisferait les riverains des immeubles alentours, heureux d'avoir enfin une vue complètement dégagée.

"Ça n'était pas prévu comme ça, le calendrier n'est pas respecté, pourquoi ? Ce délai supplémentaire d'un an, c'est soit de l'amateurisme soit bizarre" Jean-Pierre Touchat, président du syndicat des Halles et Marchés de Montpellier.

Jean-Pierre Touchat président du syndicat des Halles et Marchés de Montpellier

Des commerçants sédentaires, autour de la place Laissac espèrent eux aussi que les étaliers reviendront. Non seulement c'est bon pour attirer des clients, mais par ailleurs, ils redoutent un afflux de SDF si la place reste en l'état.

"Il est pas question qu'on reste ici, on nous a promis de retourner là-bas, si ce n'est pas le cas je monterai au créneau" Isabelle, une commerçante des Halles.

Isabelle Guiraud-Bru commerçante des Halles Laissac

Le reportage auprès des riverains et commerçants du quartier

Partager sur :