Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Un centre d'hébergement d'urgence va accueillir des femmes sans-abri à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

Mi-février 2020, un foyer pourra héberger sur des semaines, voire des mois, des femmes sans-abri avec une prise en charge particulière contre les addictions. 30 femmes au total pourront être accueillies.

Le préfet de l'Hérault est venu visiter les studios pour SDF aux côtés de Jean-François Caranco, président de Coallia et Christophe Cavard, membre de la direction de l'association
Le préfet de l'Hérault est venu visiter les studios pour SDF aux côtés de Jean-François Caranco, président de Coallia et Christophe Cavard, membre de la direction de l'association © Radio France - Julien Gonzalez

Montpellier, France

Depuis janvier 2020, un centre d'hébergement d'urgence pour les SDF a été ouvert quartier d'Arènes à Montpellier par l'association Coallia avec le soutien de la préfecture de l'Hérault. Un foyer composé de plusieurs bungalows, sorte de petits logements, pour prendre en charge des gens dans la rue en attendant un bâtiment qui sera construit dans 2 ans.

Pour l'heure, 40 personnes peuvent être accueillies toutes les nuits : des hommes mais aussi des couples. Avec sa clé en main, Morgane s'apprête à fermer sa chambre pour aller manger dans la salle commune. Grâce au 115, elle est arrivée il y a une semaine dans ce centre avec son compagnon. Un lieu qui leur permet de rester en couple et surtout de garder leur intimité.

"J'adore cet endroit-là !"

Morgane est arrivée dans ce centre d'hébergement d'urgence avec son compagnon grâce au 115.

"Il faut que mon homme soit avec moi : on est à la rue ensemble, on partage tout ensemble, je ne me vois pas toute seule dans une structure avec d'autres SDF, c'est pas possible. Quand on m'a parlé de mobil-home, je m'attendais vraiment au mobil-home de vacances comme quand on partait à la mer. La première nuit s'est super bien passée. On a notre petit chauffage, on a notre lit : on peut les coller. Franchement, c'est bien !"

Huit logements de 45 mètres carrés accueilleront quatre femmes chacun

Mi-février 2020, ce centre pourra héberger sur des semaines, voire des mois, 30 femmes sans-abri avec une prise en charge particulière : l'association les aidera à lutter contre leurs toxicomanies. Les logements sont en cours de finition : 8 logements de 45 mètres carrés qui accueilleront 4 femmes chacun. Christophe Cavard, membre de la direction de Coallia, fait découvrir les lieux : à l'intérieur, un petit coin cuisine, et dans la chambre, les lits sont déjà là. 

"On reconstruit une sorte de vie sociale autonome où chacune d'elle aura sa vie propre".

Christophe Cavard décrit la vie future des femmes qui seront accueillies dans ce centre et vivront un peu comme dans une colocation.

"On reconstruit une sorte de vie sociale autonome où chacun fait sa vie puisque chacune d'elle aura sa vie propre.  Mais en même temps, une petite gestion collective ensemble et peut-être réapprendre dans un studio et non plus dans la rue à comment on se répartit les tâches de ménages par exemple. C'est de la colocation.

Ce dimanche 26 janvier 2020, le préfet de l'Hérault Jacques Witkowski est venu visiter les studios où dorment les sans-abri. 

Le préfet de l'Hérault Jacques Witkowski a précisé l'importance de pouvoir accueillir les femmes sans abri dans une structure dédiée.

"Un lieu où on posera son sac, on se reconstruit et on repart".

Le préfet de l'Hérault Jacques Witkowski a précisé l'importance de pouvoir accueillir les femmes sans abri dans une structure dédiée.

"Le public femme est un public particulier. Parce que c'est un public qui est souvent soumis aux violences de rue, qui est souvent aussi dans une détresse où lorsqu'on perd son foyer, on perd aussi ses sources de revenus et où les agressions sont plus particulières.

Donc il faut un lieu avec plus de sérénité où on puisse remettre le pied à l'étrier, être accompagné. Etre séparé aussi des sources de violences et d'agressions qui ne sont pas uniquement les agressions physiques au sens du terme". 

Plus globalement, concernant l'urgence sociale pour les sans-abri, le préfet a précisé que 25 millions d'euros sont investis par an par l'Etat dans l'Hérault. Jacques Witkowski a assuré qu'en "à peine moins de trois ans, ce type d'hébergement a été augmenté de 40% dans l'Hérault". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu