Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Morbihan : elle s'inspire de Vinted pour créer une plateforme de vente d'accessoires liés au cancer à bas prix

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Diagnostiquée du cancer du sein en 2019, une Morbihannaise adepte de la seconde main a créé Miochi, une plateforme de vente d'accessoires liés au cancer, en s'inspirant du modèle de Vinted.

Le site Miochi propose des accessoires dédiés aux femmes malades du cancer, à bas coût.
Le site Miochi propose des accessoires dédiés aux femmes malades du cancer, à bas coût. - Capture d'écran Miochi

Emilie Lebrun a lancé Miochi en mars 2021. Pourquoi miochi ? "Cela signifie chimio en verlant." Cette habitante de Cléguérec, près de Pontivy (Morbihan) a eu l'idée de créer cette plateforme de vente en ligne d'accessoires pour femmes malades du cancer quand elle a été elle-même victime du cancer du sein en 2019, alors âgée de 36 ans. "Je suis habituée à acheter les choses en seconde main, donc j'ai cherché car les produits, comme les perruques, les turbans, etc. coûtent très cher quand ils sont neufs. Et, ne trouvant rien, je me suis dit qu'il fallait que je crée cette plateforme", glisse-t-elle. 

Miochi fonctionne comme d'autres sites du genre, Vinted, Leboncoin et Marketplace notamment. Il suffit de s'inscrire sur le site pour vendre ou acheter, et les colis sont envoyés via le service de livraison Colissimo. "Les femmes qui sont guéries peuvent revendre leurs perruques et turbans pour permettre à d'autres, qui en ont désormais besoin, d'avoir des prix qui sont entre 50 et 70% moins cher que le coût initial, parce qu'autant dire que moyens ou pas, on n'a pas envie de se ruiner là-dedans", précise la trentenaire. 

Un site pour se détacher de la maladie

La Morbihannaise a voulu un site à son image, "avec un côté girly, gai et avec de l'humour pour se détacher au maximum de la maladie". Après près d'un an de travail, elle a pu le lancer, avec l'aide d'un développeur breton et de ses deux nièces pour les illustrations. 

En créant Miochi, Emilie Lebrun a pu revendre, comme beaucoup d'autres personnes, ses perruques et turbans (comme ici un turban à frange).
En créant Miochi, Emilie Lebrun a pu revendre, comme beaucoup d'autres personnes, ses perruques et turbans (comme ici un turban à frange). - Emilie Lebrun

Au-delà de l'aspect vente, l'aventure est aussi humaine. "Il y a des rencontres, des conseils, mais également le plaisir de faire plaisir à quelqu'un avec des choses qui nous ont fait plaisir à nous quand on était malades", indique Emilie Lebrun. 

ECOUTEZ - Le reportage de France bleu Breizh izel

Choix de la station

À venir dansDanssecondess