Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Morbihan : grève au Samu pour réclamer plus de moyens

Les assistants de régulation médicale du Samu du Morbihan sont en grève depuis le jeudi 1er août. Ils dénoncent une dégradation de leurs conditions de travail.

Gros plan sur le logo d'une moto du SAMU (avril 2019).
Gros plan sur le logo d'une moto du SAMU (avril 2019). © Radio France - Emmanuel Claverie

Vannes, France

Ils n'en peuvent plus.Les assistants de régulation médicale du Samu du Morbihan sont en grève depuis le jeudi 1er août. Le 15 fonctionne normalement mais par ce mouvement les personnels dénoncent une dégradation des conditions de travail et la vétusté de leurs locaux situés au sein de l’hôpital de Vannes. Ils déplorent aussi un manque de moyens humains. 

"On ne prend pas soin de nous et du coup on ne peut plus prendre soin des gens."

Les syndicats réclament immédiatement un poste supplémentaire jour et nuit et un renfort en soirée lors des pics d'urgences. La situation est encore plus critique en période estivale selon Nolwenn Cadudal déléguée CFDT. "Il y a un afflux de touristes. Des gens se mettent en danger, il y a les maladies chroniques et des usagers qui ont besoin de conseils. En 2017, un poste de régulation avait été injecté. Deux ans plus tard on croule toujours sous le nombre d'appels. On ne prend pas soin de nous et du coup on ne peut plus prendre soin des gens."

Informer la population

Même si la grève n'a pas de conséquence visible pour les usagers, elle permet d'informer la population. Pour Nolwenn Cadudal : "Le public doit connaître notre souffrance. Il attend parfois longtemps au téléphone avec un message informatique et il y a parfois de l'agressivité. Nous faisons ce que nous pouvons mais nous n'avons pas les moyens suffisants." 

La direction de l’hôpital de Vannes promet des travaux et du matériel neuf à l'automne pour le Samu 56. Il serait en revanche très difficile de trouver des assistants de régulation médicale, une profession en pénurie, comme les médecins urgentistes.