Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Morbihan : la justice annule l'obligation de travaux d'urgence à la prison de Ploemeur

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Le Conseil d'Etat a annulé l'obligation de travaux d'urgence à la prison de Ploemeur qui avait été faite à l'Etat en mars. Le centre pénitentiaire est en état de surpopulation permanente. Des travaux de fond sont prévus en 2022.

Le logo de l'administration pénitentiaire (image d'illustration)
Le logo de l'administration pénitentiaire (image d'illustration) © Maxppp - Alexis Sciard

Le tribunal administratif de Rennes avait sommé l'Etat, le 17 mars, de faire des travaux en urgence dans la prison de Ploemeur, qui est en état de surpopulation permanente. Une décision annulée vendredi par le Conseil d'Etat. Ce dernier estime en effet que certaines demandes relèvent de mesures d'ordre structurel, et que la direction de la prison a mis en place des mesures provisoires. 

Des travaux en 2022

Ces travaux consistaient notamment en l'installation d'un système d'interphonie dans toutes les cellules du quartier maison d'arrêt, leur mise aux normes électriques, la réalisation d'un diagnostic amiante de l'ensemble des bâtiments, le cloisonnement de l'espace réservé aux toilettes dans les cellules, l'amélioration de l'aération naturelle des cellules, et le ramassage quotidien des poubelles. Le juge administratif avait également demandé à l'administration pénitentiaire de s'assurer qu'aucun détenu ne dorme sur un matelas à même le sol dans le quartier maison d'arrêt.

A propos de la présence de détenus dormant au sol sur des matelas, le Conseil d'Etat a rappelé que les prisons sont tenues d'accueillir tout nouveau détenu et qu'à la date de l'audience, le 14 avril, deux personnes dormaient au sol sur un matelas, à leur demande. "Au cours de cette audience, la directrice du centre pénitentiaire a confirmé qu'une cellule de trois serait proposée aux intéressés dès que possible", précise le Conseil d'Etat. Des travaux sont prévus en 2022. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess