Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Morsures de chiens: ça n'arrive pas qu'aux autres

mercredi 5 septembre 2018 à 19:07 Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne

Les morsures de chien restent nombreuses, l'actualité vient de le rappeler avec cette petite fille de 2 ans mordue à la joue mardi soir à Vertolaye. France Bleu Pays d'Auvergne a recueilli le témoignage de Sandrine. Elle a été mordue dimanche près d'Orléat.

Les morsures de Sandrine, derrière le genou
Les morsures de Sandrine, derrière le genou

Auvergne, France

Cela n'arrive pas qu'aux facteurs! La Poste organise d'ailleurs régulièrement des opérations de prévention pour ses agents afin de limiter les risques. Mais tout le monde peut un jour être concerné, en ville comme à la campagne. C'est la mésaventure qui est arrivée à Sandrine, une habitante d'Orléat, dimanche dernier.

Comme chaque week-end, cette jeune femme fait son footing avec une amie. Deux chiens aboient généralement sur leur passage mais ils sont enfermés dans un enclos. Sauf que dimanche dernier, l'enclos n'était pas fermé. Les deux chiens se sont précipités, Sandrine a concentré son attention sur celui qui aboyait. Elle a bien remarqué que le second passait derrière elle, en pensant qu'il venait la sentir. Sauf que le chien l'a attaqué, en la mordant en dessous du genou.

Sandrine a deux belles entailles et du mal à fléchir la jambe. Rien de grave mais elle peut difficilement marcher et pas conduire, elle est donc en arrêt de travail cette semaine. En tout cas, elle a eu une très grosse frayeur et se demande comment elle réagira la prochaine fois qu'elle sera face à un chien. D'autant plus qu'elle a le sentiment, elle et son amie, d'avoir eu le bon réflexe: elles sont restées calmes et ont réussir à faire fuir les chiens. 

Pour Amandine Rolet, comportementaliste canin sur France Bleu Pays d'Auvergne, il faut se placer au niveau du chien. Il peut interpréter le fait de voir une personne qui court comme un danger potentiel. Cela provoque un stress et une pression qu'il l'"oblige" à mordre, afin de se libérer de ses tensions. Une morsure souvent précédée de signes avant-coureurs, grognements, poils hérissés, babines retroussées, que les humains que nous sommes doivent être capables d'observer.

Passage obligatoire chez le vétérinaire

En cas de morsure par un chien, la loi impose un contrôle par un vétérinaire. D'abord au niveau sanitaire pour vérifier que l'animal n'est pas enragé, avec trois visites, la première le plus rapidement possible après la morsure, puis deux visites à huit jours d'intervalle. Dans le cas de Sandrine, le premier diagnostic est rassurant, l'animal ne semble pas avoir la rage. 

Il faut ensuite une visite avec un vétérinaire comportementaliste, qui va étudier le chien, comment il réagit avec son maître, avec d'autres personnes, etc... Le vétérinaire doit déterminer dans quelle catégorie, de 1 la moins dangereuse à 4 la plus dangereuse, l'animal doit être classé. Sans oublier comme le précise le docteur Ivan Chappuis, vétérinaire à Mozac et vice-président de l'ordre des vétérinaires d'Auvergne - Rhône-Alpes, que les animaux qui mordent sont souvent des récidivistes, il faut donc déclarer toutes les morsures, comme la loi l'impose.