Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort de Bertrand Tavernier : "À chaque fois qu'il venait, c'était la fête en Dordogne"

-
Par , France Bleu Périgord

Bertrand Tavernier est mort annonce son entourage ce jeudi 25 mars. Le réalisateur avait 79 ans. Il avait un lien très particulier avec la Dordogne et notamment le Buisson-de-Cadouin.

Bertrand Tavernier avait notamment projeté son film "Quai d'Orsay" en avant première au Buisson-de-Cadouin en 2013
Bertrand Tavernier avait notamment projeté son film "Quai d'Orsay" en avant première au Buisson-de-Cadouin en 2013 © Radio France - Benjamin Fontaine

On apprend ce jeudi 25 mars la mort de Bertrand Tavernier. Le réalisateur avait 79 ans et une œuvre prolifique. Bertrand Tavernier était venu plusieurs fois en Dordogne notamment au cinéma le Lux au Buisson-de-Cadouin. 

Premier séjour pour la Fille de d'Artagnan

Son premier séjour en Dordogne remonte à 1993. Il était venu tourner La Fille de d'Artagnan avec Sophie Marceau et Philippe Noiret notamment. Son deuxième séjour c'était en 2001 sur l'invitation de son biographe, originaire de Dordogne. Jean-Claude Raspiengeas, grand reporter au journal La Croix, chroniqueur au Masque et la Plume sur France Inter avait sorti un livre Bertrand Tavernier en 2001 sur le réalisateur et son œuvre. 

Jean-Claude Raspiengeas raconte sa venue au Buisson-de-Cadouin

Le tournage de "La fille de d'Artagnan" avait eu lieu en Dordogne
Le tournage de "La fille de d'Artagnan" avait eu lieu en Dordogne © Getty - Etienne George/Sygma
Le réalisateur avait tourné dans la campagne périgourdine.
Le réalisateur avait tourné dans la campagne périgourdine. © Getty - Etienne George/Sygma

Une salle "Bertrand Tavernier" au Buisson-de-Cadouin

Les deux hommes passent plusieurs jours en Dordogne pendant lesquels Bertrand Tavernier se rend dans plusieurs cinémas et notamment dans celui du Buisson-de-Cadouin. "Je l'avais invité chez moi pendant plusieurs jours. On avait fait une petite tournée à travers le Périgord et de villages en villages, il montrait ses films et animait des séances de ciné-club. Un de nos plus beaux souvenirs : on avait fait le marché nocturne du Buisson-de-Cadouin qui était juste devant le cinéma [...], il avait ensuite présenté la séance à l'intérieur. Bruno Garrigue était totalement enthousiasmé et résultat, quelques mois plus tard, la salle principale du cinéma a été rebaptisée à son nom."

Quand quelqu'un, quelque part était extrêmement actif pour le 7e art, il avait tout de suite son soutien"

Bruno Garrigue, l'ancien directeur du cinéma du Buisson-de-Cadouin se souvient d'un homme passionné et exigeant. Il se rappelle que chaque visite était un événement : "À chaque fois que l'on savait que Bertrand Tavernier arrivait, c'était la fête ici, cela dépassait le cadre du Buisson, tout le sud Périgord était concerné."

Bruno Garrigue, ex-directeur du Lux, cinéma du Buisson-de-Cadouin

Une rencontre avec les étudiants de Ribérac en 2015

Bertrand Tavernier était ensuite revenu plusieurs fois en Dordogne, il était devenu le parrain du Lux. Il avait d'ailleurs organisé deux projections en avant-première de son film Quai d'Orsay en 2013 avec Thierry Lhermitte et Niels Arestrup. Il était aussi venu en 2015 à Ribérac à la rencontre d'étudiants de l'option cinéma du lycée Arnaud Daniel dans le cadre d'un projet autour du centenaire de la guerre 14-18. 

Bertrand Tavernier les avait ensuite soutenus en 2018 contre la réforme du bac qui mettait en danger leur option cinéma. 

Un réalisateur qui aimait partager

Selon Jean-Claude Raspiengeas, Bertrand Tavernier était un réalisateur de génie mais aussi en dehors du cinéma un homme d'une générosité extraordinaire qui aimait partager. "On passait des moments extraordinaires à ses côtés, on apprenait tout le temps énormément de choses et c'était quelqu'un qui était curieux et qui aimait partager. Il n'hésitait pas à traverser la France pour aller présenter des films et animer des ciné-clubs parfois sur des films qui n'étaient même pas les siens."

Jean-Claude Raspiengeas "C'est un des derniers grands monstres du cinéma français"

Jean-Claude Raspiengeas décrit l'œuvre de Bertrand Tavernier comme une "œuvre d'une richesse extraordinaire. Il a travaillé sur tous les genres". 

C'était la mémoire vivante du cinéma, il connaissait tout, tout, tout"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess