Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mort de Christophe Dominici : "C'était comme un frère pour moi" réagit Benjamin Bagate

-
Par , , France Bleu Périgord

L'entraîneur du club de rugby de Trélissac réagit sur France Bleu Périgord après l'annonce de la mort de Christophe Dominici. L'ancien ailier du XV de France avait 48 ans. Avec Benjamin Bagate, ils se connaissaient depuis de nombreuses années.

Christophe Dominici avait 48 ans.
Christophe Dominici avait 48 ans. © Radio France - Romain Berchet

L'émotion a dépassé les frontières du monde du rugby ce mardi 24 novembre après l'annonce de la mort de Christophe Dominici. L'ancien international français a été retrouvé mort dans un parc des Hauts-de-Seine, il avait 48 ans. Selon un témoin, il aurait sauté d'un bâtiment désaffecté.  

Le Varois faisait partie de ces rugbymens "populaires", connu au-delà des terrains par les novices de l'ovalie. Avec ces 67 sélections, il a marqué le XV de France notamment avec son essai "extraordinaire" inscrit face aux All Blacks pendant le mondial 99. De nombreuses réactions ont suivi l'annonce de son décès ce mardi. En Dordogne, l'entraîneur de Trélissac, Benjamin Bagate estime "avoir perdu un frère". Avec Christophe Dominici, ils avaient travaillé ensemble pour tenter de reprendre le club de Béziers l'été dernier, sans succès. 

Les deux hommes se connaissaient depuis très longtemps puisqu'ils avaient joué l'un contre l'autre "il était à Toulon et moi au Stade Bordelais", raconte Benjamin Bagate, "je pense à ses parents, à ses filles et à sa femme Loretta".

"On ne s'est jamais perdu de vue, on avait beaucoup d'amis en commun et voilà jusqu'à cet épisode Biterrois où il m'a appelé [...] je relisais ses textos encore tout à l'heure car j'ai tout gardé et on était quasiment au téléphone ou en contact tous les jours. C'était quelqu'un de généreux, dans le partage qui faisait tout avec son cœur et avec ce que l'on a entre les jambes. Quelqu'un de sincère, d'honnête qui avait vécu un grand malheur avec la perte de sa sœur à l'âge de 14 ans. Est-ce-que le milieu a été vraiment bien avec lui ? J'ai un doute, en tous les cas moi je perds un frère et c'est compliqué".

"Je perds un frère et c'est compliqué" Benjamin Bagate, entraîneur du SAT

Choix de la station

À venir dansDanssecondess