Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Mort de Gérard Boulanger : "Un homme passionné par les grandes causes" selon Serge Klarsfeld

vendredi 8 juin 2018 à 18:09 Par Yves Maugue, France Bleu Gironde

L'historien, avocat et célèbre "chasseur de Nazis" réagit au décès ce vendredi de Gérard Boulanger, l'avocat bordelais qui avait déposé les premières plaintes à l'origine du procès Papon. Interview.

Serge Klarsfeld avait longuement bataillé avec Gérard Boulanger pour obtenir un procès contre Maurice Papon.
Serge Klarsfeld avait longuement bataillé avec Gérard Boulanger pour obtenir un procès contre Maurice Papon. - © Maxppp

France Bleu Gironde : Quelle est votre réaction à l'annonce du décès de Gérard Boulanger ?

Serge Klarsfeld : J'en suis désolé. C'est un homme que j'ai longuement côtoyé à partir de 1981 et nous avons longtemps coopéré harmonieusement. Pendant le procès, nous nous sommes séparés sur la peine à réclamer pour Maurice Papon. Gérard Boulanger prônait la perpétuité et moi je considérais qu'une peine de dix ans était appropriée car Papon était un rouage et nous ne pouvions pas prouver que Papon souhaitait la mort des Juifs. Gérard Boulanger était un homme passionné par son métier, par les grandes causes et cette mort prématurée est très triste.

Comment s'est déroulée votre coopération ?

Il a déposé les premières plaintes en 1981, Moi j'ai déposé les plaintes acceptées en 1982 puis nous avons travaillé ensemble jusqu'au procès en 1997. Ce fut une longue période pendant laquelle nous avons affronté ensemble la protection que le président de la République de l'époque François Mitterrand accordait à Papon dans sa volonté de ne pas avoir de procès pour crimes contre l'humanité contre des Français qui avaient coopéré avec l'occupant dans l'administration préfectorale. Cela a été un procès très difficile à obtenir.