Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mort de Shaoyo Liu : nouveaux heurts mercredi soir entre policiers et manifestants devant l'Hôtel de ville de Paris

jeudi 30 mars 2017 à 0:57 - Mis à jour le jeudi 30 mars 2017 à 8:49 Par Jocelyne Jean et Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

L'appel au calme de la famille de Shaoyo Liu, tué par un policier n'a pas suffi. La colère de la communauté chinoise est toujours aussi forte. Policiers et manifestants se sont affrontés mercredi soir devant l'Hôtel de ville de Paris.

Manifestation suite à la mort de Shaoyo Liu
Manifestation suite à la mort de Shaoyo Liu © Maxppp -

Paris, France

Un nouveau rassemblement a dégénéré mercredi après la mort de Shaoyo Liu, tué par un policier. Près de 200 personnes s'étaient réunies sur le parvis de l'Hôtel de ville pour allumer des bougies. Malgré l'appel au calme lancé par la famille de Shaoyo Liu dans la journée de mercredi, de nouveaux affrontements ont eu lieu avec les forces de l'ordre.

Aux cris de "Police assassin", des manifestants ont brièvement coupé la circulation rue de Rivoli avec des barrières de sécurité. Des vitrines de magasins ont été endommagées. La police a dû utiliser du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui leur jetaient des projectiles.

Mercredi soir, quatre personnes étaient toujours en garde à vue tandis que dix autres ont été présentées à la justice soit pour être jugées en comparution immédiate, soit pour une date ultérieure.

On ne comprend pas pourquoi la police a tiré sur notre père : la fille de Shaoyo Liu

La famille maintient sa version. Au cours d'une conférence de presse mercredi, la fille de Shaoyo Liu a réaffirmé que son père n'avait pas agressé un policier avec des ciseaux. "Il n'a blessé personne", "il était en train de tailler des poissons avec des ciseaux". Elle raconte qu'on a toqué à sa porte de plus en plus vite, que son père a essayé de retenir la porte qui s'est ouverte d'un coup et que le coup de feu est parti. "Ils n'ont pas crié "police" dit-elle, "mon père était au sol, il n'a pas eu le temps de toucher le policier".

Sur l'appel d'un voisin qui a alerté la police à cause de pleurs et de cris, elle explique "c'est vrai qu'on parle fort mais il ne faut pas traduire ça par des différends familiaux".

La version de la police

De son côté, la préfecture de police explique dans un communiqué que dès que les policiers sont entrés dans le logement, "Monsieur Shaoyo Liu portait un coup à l'un des policiers avec une paire de ciseaux". "Alors que l'agresseur tentait de porter un nouveau coup au fonctionnaire blessé à l'aisselle, un des policiers effectuait un tir de riposte".

Les enquêteurs se sont rendus dans l'appartement pour vérifier les dires de la famille et la configuration des lieux. Une autopsie de la victime est en cours.

Les policiers impliqués dans cette affaire ne sont pas suspendus contrairement à ce qu'avait indiqué le ministère chinois des Affaires étrangères. Ils sont en repos, indique la préfecture de Police.