Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Mortalité routière : on se tue plus sur les routes azuréennes qu'ailleurs

-
Par , France Bleu Azur

Les chiffres sont mauvais pour les Alpes-Maritimes. Sur la route, 24 personnes ont perdu la vie depuis le premier janvier.

Mortalité route
Mortalité route © Maxppp - Vincent Isore

L'été arrive, saison la plus meurtrière sur les routes azuréennes avec l'afflux de touristes et des routes saturées. Les grands axes sont propices aux accidents avec les grandes descentes sur l'A8 et les routes de montagnes. L'année 2022 a mal démarré pour la sécurité routière dans les Alpes-Maritimes.  

Après deux années marquées par le covid et des chiffres de mortalité en baisse, la mortalité est repartie à la hausse dans le département. 24 personnes ont perdu la vie depuis le premier janvier 2022, ce qui en fait les six premiers mois de l'année les plus meurtriers depuis six ans, juste derrière 2019. 

La route tue plus sur la Côte d'Azur qu'ailleurs 

L'an dernier, 17 usagers de la route sont morts à cette même période. Cette tendance à la hausse confirme la mauvaise dynamique de la fin d'année 2021. Sur les 941 accidents corporels survenus l'an dernier, 50 se sont avérés mortels pour 52 décès. Les Alpes-Maritimes comptent pour 3,7% des morts sur la route en France alors que le département n'abrite qu'1,6% de la population. 

Moins d'accidents, mais ils sont plus mortels

On meurt donc proportionnellement plus sur les routes azuréennes qu'ailleurs. Indicateur positif toutefois, l'évolution du nombre d'accidents et de blessés sur 5 ans avec une diminution de moitié pour les accidents graves et les hospitalisations. Résultat, il y a moins d'accidents, mais ils sont plus souvent mortels.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess