Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Moselle : à priori pas de durcissement à la frontière avec l'Allemagne, selon le député Christophe Arend

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Pour le moment, il n'y aura pas de durcissement à la frontière entre la Moselle et la Sarre, selon le député de Moselle. Christophe Arend précise que la situation pourrait être réévaluée, selon la stratégie de tests qui va être mise en place.

Christophe Arend, député de Forbach sur France Bleu Lorraine.
Christophe Arend, député de Forbach sur France Bleu Lorraine. © Radio France - Antoine Barège

C'est la question qui paralyse les frontaliers mosellans : va-t-on vers de nouvelles restrictions à la frontière ? Et bien à priori non, a répondu Christophe Arend. Le député LREM de la 6ème circonscription de Moselle était l'invité de France Bleu Lorraine ce vendredi. Selon lui, la tendance est plutôt favorable.

_"On peut être rassurés_, on a échappé à un classement de la part de l'Institut de veille épidémiologique Robert Koch. La décision s'est prise tard jeudi soir à Berlin, en contrepartie d'une volonté forte de tous les élus locaux de coordonner leurs efforts", a-t-il expliqué. Christophe Arend précise que le communiqué publié par Olivier Véran et Clément Beaune, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, a contribué à "expliquer à Berlin que la situation avec nos chiffres n'était pas aussi grave qu'eux la jugeaient avec leur manière de voir les chiffres". En Allemagne, les écoles sont fermées et le taux d'incidence a chuté ces derniers temps dans le pays. Il est à 57 cas pour 100 000 habitants. 

Statu quo pour l'instant 

"Pour le moment, on reste sur la situation actuelle", a précisé Christophe Arend, ajoutant que ce "sera réévalué en fonction de la capacité qu'on va avoir à mettre en place une stratégie de tests communes". Selon lui, dès jeudi, des entreprises allemandes ont commencé à s'organiser pour mettre en place des tests rapides. "L'Eurodistrict SaarMoselle va mettre en place un centre de tests rapides commun à proximité des importants postes de passage. C'est vraiment la mobilisation locale de chacun et la volonté que nous avons, au sein d'un bassin de vie, que nous voulons travailler ensemble qui a convaincu Berlin. A nous de faire nos preuves", a-t-il lancé. 

Un appel à la prudence 

Christophe Arend se dit désireux de "maintenir une normalité frontalière". Toutefois, il appelle "les gens à faire preuve de bon sens. Ne vous déplacez que pour des choses de première nécessité. On ne va pas aller se promener voilà." Selon lui, c'est en "restant raisonnables qu'on arrivera à traverser cet orage". 

De son côté, Jean Rottner a également précisé qu'une réunion devait se tenir ce vendredi matin à propos de cette stratégie. Le président de la région Grand Est recommande de rester prudent en attendant. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess