Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Moselle : elle récupère les fruits invendus et en fait des confitures pour lutter contre le gaspillage

-
Par , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu

A Hagondange, Florence Duchaux a réussi un sacré pari : celui de convaincre des supermarchés de lui laisser collecter des fruits invendus. Elle en fait ensuite des confitures, qu'elle revend à ces mêmes magasins. C'est le principe de son entreprise "La fée maraîchère".

Florence s'est reconvertie dans la confiture après des années dans le management à Célio ou Décathlon.
Florence s'est reconvertie dans la confiture après des années dans le management à Célio ou Décathlon. © Radio France - Marianne Naquet

Elle a décidé de nommer son entreprise "la fée maraîchère". A 38 ans, Florence Duchaux s'est lancée en décembre dernier dans un sacré défi : convaincre les hypermarchés de lui laisser les fruits invendus pour en faire des confitures. Trois mois après, cette habitante d'Hagondange a réussi son pari. Elle travaille désormais en partenariat avec trois supermarchés : les Super U de Talange et Briey, et bientôt Auchan à Semécourt, mais aussi des épiceries comme Le Temps d'une pause à Mondelange, ou encore le brasseur, Les 200 Brasses, toujours à Hagondange. Florence revend à tous ces magasins ses confitures, disponibles dans les rayons. 

Avant de démarrer son entreprise, cette trentenaire travaillait pour des enseignes comme Décathlon ou Célio, puis elle a eu envie de changer d'univers. L'idée lui trottait dans la tête depuis longtemps. Elle a finalement sauté le pas, et aménagé le sous-sol de sa maison en laboratoire pour confitures.  

Le jus d'agrume pour la fconfiture agrumes-banane
Le jus d'agrume pour la fconfiture agrumes-banane © Radio France - Marianne Naquet

Lutter contre le gaspillage alimentaire

Florence a toujours été très sensible à la question du gaspillage alimentaire. "Je suis fille d'agriculteur, j'ai donc un pied dans la terre et je me suis fait la réflexion de comprendre ce qu'on faisait des fruits et légumes que les clients ne choisissaient pas, et qui étaient hors gabarit", explique-t-elle. "Je ne peux pas cautionner, je me suis rendue compte que des chefs et des directeurs de magasin partageaient mon opinion. On ne peut pas laisser des fruits partir à la poubelle." 

Florence dans son laboratoire.
Florence dans son laboratoire. © Radio France - Marianne Naquet

Le principe de son entreprise, c'est donc l'anti-gaspillage alimentaire, "c'est travailler pour la transition écologique", ajoute-t-elle. Tout est en circuit court : "Je collecte aux alentours et je revends dans un souci d'économie circulaire dans les épiceries, mais aussi dans les supermarchés à Hagondange, Mondelange, Talange", précise-t-elle. 

Des stocks de fruits récupérés notamment dans les supermarchés
Des stocks de fruits récupérés notamment dans les supermarchés © Radio France - Marianne Naquet

A chaque fois, elle élabore ses recettes à partir des fruits récupérés. "J'ai eu des fraises, donc j'ai fraise-pomme. J'ai fait fraise-banane, kiwi-ananas-mangue, carotte-agrumes", énumère-t-elle. "Je suis en test pour la courgette, et le poivron, je suis en train de le travailler."

Les pots de confiture de "La Fée Maraîchère"
Les pots de confiture de "La Fée Maraîchère" © Radio France - Marianne Naquet

J'ai simplement suivi mon histoire

Alors elle s'est souvenue de son enfance, lorsque sa grand-mère faisait de la confiture à partir des fruits du verger. "Je n'ai rien inventé, j'ai simplement suivi mon histoire, et cela m'a apporté cette réflexion", dit-elle. Par semaine, elle récolte 200 kg de fruits, ce qui fait 350 pots de confiture. Elle ne jette pas les déchets : elle récupère les épluchures et les donne à un agriculteur. Un pot de 300 grammes coûte environ 3 euros 50. Toutes les infos pratiques sont sur son site.  

"Ma Solution"

"Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess