Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Moselle : l'idée d'un film sur les attentats du Bataclan indigne les parents de Marie et Mathias

-
Par , France Bleu Lorraine Nord
Metz, France

France 2 prépare un téléfilm à propos des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis. En Moselle, les parents de Marie et Mathias sont choqués par l'initiative. Les deux jeunes ont été tués il y a deux ans.

Maurice Lausch , le père de Marie et Jean-François Dymarski, le père de Mathias, devant les Arènes de Metz, avant le concert qu'ils avaient organisé en novembre 2017.
Maurice Lausch , le père de Marie et Jean-François Dymarski, le père de Mathias, devant les Arènes de Metz, avant le concert qu'ils avaient organisé en novembre 2017. © Radio France - Jordan Muzyczka

"C'est un couteau qu'on nous remue dans notre plaie encore ouverte". Les mots des parents de Marie et Mathias sont durs. A la hauteur de leur douleur. Ce téléfilm, c'est un projet qui les indigne. 

"Ce qui nous a interpellés, c'est qu'on n'a pas été concerté, on ne nous a même pas parlé du projet" confie Jean-François Dymarski, père de Mathias. Le papa de Marie, Maurice Lausch, acquiesce : "Je pense que la moindre des choses, ça aurait été de demander aux familles si elles étaient prêtes à supporter ce type de projections". A peine plus de deux ans après les attentats, deux ans après avoir perdu leur enfant, ce type d'initiative est trop précoce. 

Les familles des victimes n'ont même pas été prévenues"

Une fiction...trop proche de la réalité

Le téléfilm de France s'appelle "Ce soir-là", il évoque la rencontre amoureuse d'un homme et d'une femme, joués par Simon Abkarian et Sandrine Bonnaire, durant le drame du 13 novembre 2015 alors qu’ils tentent de sauver des personnes du public. Le tournage vient de se terminer. 

"Ce terme, 'Bataclan', est encore pour nous un désastre, alors que c'est ça qui va lancer la communication autour de ce film. Ils veulent profiter, c'est pour faire le buzz ! Donc ça m'a abasourdi. Les amis de Marie et Mathias aussi, on est tous choqué", fulmine Jean-François Dymarski.

"Le procès n'est même pas terminé ! Les juges sont encore en train de travailler sur la procédure, je trouve que c'est vraiment malsain de faire quelque chose comme ça, alors que tout n'a pas encore été compris ni bouclé au niveau judiciaire. La blessure pour les familles n'est pas encore refermée. Quelque part, c'est exploiter la douleur des gens" juge pour sa part Maurice Lausch.

C'est du commercial, c'est du buzz"

Une pétition demande à France 2 d'abandonner le projet, elle rassemble à ce jour plus de 30 000 signatures.

De son côté, France 2 a répondu dans un communiqué. La chaîne explique que c'est son "rôle de service public que d’interroger avec intelligence et humanisme, et sans tabou, notre société par le prisme de la fiction".  "Loin de nous l’idée d’aborder toutes ces questions de façon voyeuriste ou encore irrespectueuse" affirme France 2, qui précise enfin que "la fiction porte plutôt sur l’après, sur les jours, les semaines et les mois qui suivent l'attentat".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess