Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Nouvelle mosquée de Strasbourg : un financement polémique

Mosquée de Strasbourg : l'association qui porte le projet dénonce "des propos injustes et stigmatisants"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass, France Bleu

Face à la polémique qui dure autour de la subvention promise par la mairie de Strasbourg à la construction d'une mosquée, Millî Görüs et les deux autres associations n'ayant pas signé la charte des principes pour l’islam de France ont pris la parole.

La conférence de presse donnée de  ce mardi 6 avril à la mosquée Eyyub Sultan.
La conférence de presse donnée de ce mardi 6 avril à la mosquée Eyyub Sultan. © Radio France - Marie Maheux

Cela fait dix jours que ça dure : encore mardi matin, les ministres Gérald Darmanin et Marlène Schiappa ont dénoncé la subvention de 2,5 millions d’euros promise par la mairie de Strasbourg à la construction de la mosquée Eyyûb Sultan. Visée, Millî Görüs a donc tenu un point presse ce mardi 6 avril, avec les deux autres associations sous le feu de la critique

Les deux ministres dénoncent une "ingérence étrangère" 

"Je déplore le fait que la maire de Strasbourg ait décidé de verser 2,5 millions d'euros à une fédération proche des sphères d'Erdogan et qui promeut l'islam politique et radical", déclarait de nouveau ce mardi matin sur France Info la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté Marlène Schiappa. 

Eyüp Sahin, président de Millî Görüs dans la région Grand Est a d'abord répondu à cette accusation : "Nous sommes une association franco-française, indépendante et rattachée à aucun Etat. Le financement du projet est transparent et nos mouvements bancaires sont tracés." Il a également déclaré faire bientôt parvenir à la mairie de Strasbourg un courrier avec "toutes les assurances nécessaires." 

La question de la charte des principes pour l’islam de France

C'est l'autre point de conflit dans ce dossier. Gérald Darmanin et Marlène Schiappa reprochent à Millî Görüs et aux deux autres associations présentes ce mardi (Foi et Pratique et le CCMTF, Comité de coordination des musulmans turcs de France) de ne pas avoir signé la charte des principes pour l’islam de France, présentée le 18 janvier dernier. 

Premier problème pour Hamadi Hammami, le président de l'association Foi et Pratique : "Nous avions commencé à travailler en novembre dernier avec les autres associations du Conseil français du culte musulman (CFCM) sur une charte de déontologie à destination des imams." Or le texte présenté en février dernier change de cible et devient "une charte des valeurs des musulmans de France."

Les trois associations dénoncent unanimement un texte écrit sans concertation, où il n'y a pas de possibilité de modification. "Et puis nous sommes seulement des gestionnaires de lieux de cultes, nous ne pouvons pas parler au nom de tous les musulmans" poursuit Hamadi Hammami. 

La stigmatisation d'une partie de la population

Pour Fatih Sarikir, président de Millî Görüs France et secrétaire général du Conseil français du culte musulman, l'autre problème est que "certains passages de cette charte peut donner aux musulmans le sentiment qu'ils ont plus que les autres l'obligation d'exprimer leur respect pour les lois et les principes de la République." 

Des principes déjà respectés par les musulmans de France car inscrits dans la loi française disent les trois associations, qui appellent à l’apaisement et au travail en commun sur cette charte. Elles ont signé ce mardi une déclaration de principe réaffirmant leur "adhésion aux valeurs de la République." 

La déclaration de principe signée ce mardi 6 avril
La déclaration de principe signée ce mardi 6 avril © Radio France - Marie Maheux

Entre-temps, 81% d'alsaciens et mosellans se disent désormais opposés à l’octroi par la mairie de Strasbourg d’une subvention à la mosquée Eyyûb Sultan.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess