Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Multiplication des agressions à la SPA de la Haute-Vienne : "on a atteint un sommet"

vendredi 1 juin 2018 à 10:39 Par Justine Dincher, France Bleu Limousin

En un mois, trois membres de la SPA de la Haute-Vienne ont été victimes d'une agression. Le président de l'association dénonce la multiplication de ces attaques et s'inquiète pour les bénévoles et les salariés. Guy Donnart était l'invité de France Bleu Limousin ce vendredi.

Guy Donnart est président de la SPA en Haute-Vienne.
Guy Donnart est président de la SPA en Haute-Vienne. © Radio France - Françoise Ravanne

Limoges, France

"Nous n'avons jamais vu une attaque pareille", raconte le président de la société protectrice des animaux (SPA) en Haute-Vienne. La semaine dernière, un salarié de la SPA a été frappé à coups de marteau, par un homme dont le chien avait été retiré après des soupçons de maltraitance. Une plainte a été déposée, mais ce genre d'agression n'est plus un cas unique, d'après Guy Donnart, interrogé par Françoise Ravanne sur France Bleu Limousin ce vendredi 1 juin.

Trois agressions en un mois

"L'équipe est très très marquée, ils ont tous été secoués par cette brutalité", confie le président de l'association. Rien qu'au mois de mai, la SPA de la Haute-Vienne a été victime de trois agressions physiques, selon Guy Donnart qui évoque des attaques liées à la protection animale et la maltraitance. "Régulièrement, nos enquêteurs sont molestés. Il y a un mois, une de nos enquêtrices âgée de 70 ans a pris un gros coup de poing et s'est retrouvé avec une épaule extrêmement abîmée, un autre s'est aussi retrouvé au sol. Je crois que l'on a atteint un sommet, une limite à ne pas dépasser". 

Le président de la SPA de la Haute-Vienne en appelle à la police, nationale ou municipale, pour "agir" ensemble. Cette violence est d'après lui, "l'expression du malaise social". "Il y a dix ans, il y avait une menace ou deux par ans. Aujourd'hui, les salariés de l'accueil sont extrêmement inquiets. Je leur ai donné pour consigne de donner le chien si quelqu'un veut le récupérer, nous verrons après avec la police et la justice. On se pose des questions sur la sécurité de nos salariés". 

Une mission "trop difficile" pour les bénévoles

L'association en Haute-Vienne peut s'appuyer sur 15 salariés et une centaine de bénévoles. Guy Donnart se dit "soutenu par la police et la gendarmerie, mais c'est peut-être insuffisant" : "notre mission de protection animale est quelque chose qui n'est peut-être plus possible pour une association avec des bénévoles. Nos bénévoles sont très bien formés, notamment sur le plan juridique, mais c'est trop difficile pour des bénévoles. La législation devrait évoluer dans ce domaine."