Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un permis de construire contesté perturbe la campagne des municipales à Hossegor

-
Par , France Bleu Gascogne

Des copropriétaires d'une résidence du front de mer à Hossegor se mobilisent contre l'agrandissement d'un immeuble juste devant leurs fenêtres, leur bouchant complètement la vue. Ils contestent la légalité du permis de construire. Un litige qui s'est immiscé dans la campagne électorale.

En un an, les copropriétaires de la résidence Saint-Antoine, qui donne sur la place des Landais, ont vu pousser un bâtiment de 2 étages juste devant leurs fenêtres.
En un an, les copropriétaires de la résidence Saint-Antoine, qui donne sur la place des Landais, ont vu pousser un bâtiment de 2 étages juste devant leurs fenêtres. © Radio France - Paul Ferrier

En un an, les copropriétaires de la résidence Saint-Antoine, qui donne sur la Place des Landais à Hossegor, ont vu se hisser devant leurs fenêtres un immeuble de deux étages, bouchant complètement la vue de plusieurs appartements. Avec d'autres riverains, ils contestent le permis de construire et réclament la démolition des deux étages. Ces travaux d'agrandissement ont été menés au dessus des cuisines du restaurant La Maison Blanche. Un agrandissement entrepris fin janvier 2019 par la gérante de l'établissement via sa société Sai Sai, propriétaire des murs. 

Un immeuble érigé à quelques mètres de leurs fenêtres

Depuis une semaine, le litige enfle sur fond d'élections municipales. Paul Marsauche a annoncé qu'il se retirait de la liste conduite par Henri Arbeille, adjoint au maire Xavier Gaudio (qui ne se représente pas). Il dénonce la position de la mairie qui défend le permis de construire. Une affaire qui a commencé il y a un an. 

En février 2019, Sylvia Vilpoux et son compagnon Laurent ont une drôle de surprise alors qu'il dorment, "On a été réveillés par des vibrations, notre immeuble vibrait. Donc on a envoyé un courrier à la mairie qui nous a répondu que notre voisine était en train de refaire sa cuisine."

On a été réveillés par des vibrations.

La voisine, c'est la gérante du restaurant La Maison Blanche, Place des Landais. Ses cuisines donnent dans l'arrière-cour. Sauf que les travaux continuent au dessus avec la construction de logements de fonction. "On ne pouvait pas y croire, explique Sylvia Vilpoux. C'était impossible qu'il y ait autre chose qu'un rez-de-chaussée collé à nos fenêtres."

Des recours sont déposés, rejetés au civil, en attente de jugement au tribunal administratif. Les travaux lourds commencent en mars dernier, et en juin le bâtiment passe de 5 mètres à près de 10 mètres de hauteur, "C'était hyper lumineux, là on a un mur à deux mètres dans nos 2 chambres et nos pièces de vie. Donc on vit avec les lumières allumées toute la journée."

La gérante du restaurant se défend

Lana Selmane, la gérante du restaurant et propriétaire des murs l'assure : le permis de construire est en règle, instruit par la mairie, les Architectes des bâtiments de France et la préfecture. Et, selon elle, les travaux ne dégradent pas autant qu'on le dit le cadre de vie, "Cela fait 14 ans que je suis là. Il y avait déjà avant d'entamer les travaux profonds, un bâti existant de 5 mètres au faîtage. Ce n'était pas une vue dégagée."

Elle dénonce des attaques qui ciblent son restaurant alors que les deux étages supplémentaires n'ont rien à voir avec son activité, "C'est un sujet complexe qui crée de l'émoi et aujourd'hui on vient impacter un fond de commerce qui emploie 32 personnes.

Mais les riverains continuent leur combat devant le tribunal judiciaire de Dax, ils ont assigné la Sai Sai et réclament la démolition de ces deux étages. En face, la société a assigné le syndic de la copropriété pour l'obliger à autoriser la pose d'un échafaudage et lui permettre de terminer les travaux d'isolement et d'enduit de la façade.

Le cadastre présenté par les opposants aux travaux pour le recours en référé devant le tribunal administratif de Pau, en avril 2019 - Aucun(e)
Le cadastre présenté par les opposants aux travaux pour le recours en référé devant le tribunal administratif de Pau, en avril 2019
Le cadastre après travaux  - Aucun(e)
Le cadastre après travaux

Henri Arbeille prend ses distances 

Le maire Xavier Gaudio n'a pas répondu aux sollicitations de France Bleu Gascogne. Son adjoint Henri Arbeille, qui mène la liste "Soorts-Hossegor Naturellement" aux municipales prend ses distances avec le permis de construire attribué à la Sai Sai, malgré que la mairie en a défendu la légalité devant le tribunal administratif de Pau. Henri Arbeille explique que "personne ne peut se satisfaire de ce bâti." Selon l'adjoint au maire, "ce permis de construire a profité d'un vide juridique" au moment où le site de la Place des Landais passait de Zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) à celui de Site patrimonial remarquable (SPR).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu