Société

Municipales : ce qui change dans les communes de plus de 1000 habitants

Par Leila Benjelloun, France Bleu Lorraine Nord vendredi 7 février 2014 à 12:14

Vote aux élections municipales (photo d'illustration)
Vote aux élections municipales (photo d'illustration) © Maxppp

Les communes de plus de 1.000 habitants sont désormais soumises aux mêmes règles que celles de plus de 3500 habitants : liste complète, parité et interdiction de rayer, panacher ou rajouter des noms. Reportage à Fleury.

A Fleury, 1050 habitants, jusqu'à présent, dans l'isoloir, l'électeur avait le droit de rayer les noms des personnes qu'ils n'aimaient pas, de choisir des noms présents sur les différentes listes et même d'écrire le nom d'une personne qu'il souhaitait voir au conseil municipal. C'est terminé.

Le mode de scrutin pour les communes de plus de 1.000 habitants - Aucun(e)
Le mode de scrutin pour les communes de plus de 1.000 habitants

Le mode de scrutin est désormais le même à Fleury, Vigy, Boulay ou Metz. Les candidats doivent présenter des listes complètes et paritaires . Elles doivent donc contenir autant de candidats masculins que féminins.

A Fleury, deux élus sortants ont dû laisser leur place aux dames

Ce changement du mode de scrutin n'est pas toujours facile à appliquer dans les petits villages. A Fleury, le maire sortant a bouclé sa liste mais deux sortants ont dû se désigner . "Au mois de mai, nous nous sommes réunis et nous avons dû décider qui seraient les deux hommes qui laisseraient leur place aux dames. J'ai accepté de partir pour ne pas mettre le maire dans l'embarras", confie Michel Petitfrère qui boucle son premier mandat et serait bien reparti pour un second.

C'est plus difficile de recruter des femmes que des hommes

Sandrine Fey, la directrice de l'école maternelle de Fleury, est une des deux femmes qui a bénéficié de l'obligation paritaire. Elle est en sixième position sur la liste du maire sortant. L'enseignante, installée à Fleury depuis cinq ans, avait très envie de s'impliquer dans la vie de sa commune. Elle reconnait qu'elle a bénéficié de la parité même si Jean-Paul Eckenfelder voulait travailler avec Sandrine Fey depuis plusieurs années. Cette mère de famille admet cependant qu'il est plus difficile, surtout dans les villages, de recruter des femmes que des hommes pour des raisons d'organisations . "C'est du temps qu'il faut donner. Un homme va dire j'ai une réunion et la maison va tourner quand même, une femme, elle doit s'organiser."

Changement scrutin 2

Des villageois mitigés et peu informés

A la sortie de l'école de Fleury, la réforme du mode de scrutin étonne et inquiète certains habitants. Une liste pourrait être pénalisée à cause d'un seul nom qui déplairait à l'électeur . Plus grave, des bulletins pourraient être considérés comme nuls parce que l'électeur, mal informé, aura voté comme il l'a toujours fait : en rayant ou en panachant.

Changement scrutin 3

Les candidats et les services de l'Etat vont devoir faire un gros travail de pédagogie .