Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Museumotel de Raon-L'Etape : un Parisien enlève les enchères à 120.000 euros

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le Museumotel, l'hôtel-bulles de Raon-L'Etape dans les Vosges, a été vendu ce vendredi 3 mai. La mise à prix était de 100 000 euros. Un Parisien, Christophe Perchet, enlève les enchères à 120.000 euros. Les cinq associés-vendeurs se disent déçus.

Le Museumotel de Raon l'Etape
Le Museumotel de Raon l'Etape © Radio France - Hervé Toutain

Raon-l'Étape, France

"120 000 euros, adjugé !". C'était ce vendredi matin 3 mai à la barre du tribunal de grande instance d'Epinal, où le Museumotel de Raon-L'Etape, un hôtel insolite construit en 1966, était mis aux enchères. L'adjudicataire, Christophe Perchet, est un Parisien d'une cinquantaine d'années. Me Alain Begel, qui le représentait, est resté très discret sur la personnalité de l'acquéreur. L'avocat a juste souligné les "_attaches vosgiennes" de Christophe Perchet. Sa grand-mère maternelle, habitait Raon-L'Etape, où il a passé ses vacances. "Il a un véritable projet pour le Museumotel qu'il connait bien"_, a encore conclu Maître Alain Begel.

Christophe Perchet n'est pas encore propriétaire des lieux. Une période de dix jours s'ouvre, durant laquelle des acquéreurs potentiels peuvent surenchérir. La vente définitive sera prononcée lundi 13 mai à minuit.

"Au dessous de nos espérances"

Pour les cinq associés-vendeurs, les 120 000 euros sont très loin du compte. "Les investissements consentis sont bien supérieurs", affirme Joël Morel qui estime qu'en l'état, les vendeurs sont dans l'impossibilité de rembourser tout ce qu'ils doivent. Le seul espoir réside dans une surenchère qui reste très hypothétique.