Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

"On n'a rien détérioré" : les Jeunes Agriculteurs revendiquent l'action contre la permanence du député girondin

-
Par , France Bleu Gironde

Dans la nuit du 24 au 25 juillet, les Jeunes Agriculteurs de Monségur ont déposé des round-ballers tagués devant la permanence du député en marche Sud-Gironde. En signe de protestation contre son vote favorable au traité de libre-échange CETA. Un acte "politique" et "sans méchanceté" selon eux.

Noémie et Dominique, co-responsable de la branche locale des Jeunes Agriculteurs, ont organisé l'action contre la permanence du député.
Noémie et Dominique, co-responsable de la branche locale des Jeunes Agriculteurs, ont organisé l'action contre la permanence du député. © Radio France - Fanny Ohier

Monségur, France

Ils ne se cachent pas : ce sont les Jeunes Agriculteurs (JA) qui ont déposé les round-ballers tagués des mots "menteur", "trahison" devant la permanence du député Sud Gironde et ancien maire de Monségur Pascal Lavergne, le 25 juillet dernier. Une action de contestation contre le vote du député girondin en faveur du CETA, qui avait beaucoup affecté l'édile. Il a d'ailleurs porté plainte. De retour dans la petite commune pour la fête annuelle "de la Terre" ce dimanche 11 août, les Jeunes Agriculteurs (JA) de Gironde s'expliquent sur leur geste.   

"C'est un message", commence Noémie, co-responsable pour les JA. Elle a fait partie du groupe qui est allé déposer des round-ballers devant le local. "Le but c'est de montrer qu'on n'était pas contents de son vote mais il n'y a aucune attaque personnelle," renchérit Dominique, aussi responsable du groupe. Un moyen de contestation un peu musclé, "mais on n'a rien détérioré ni cassé puisqu'on a écrit sur le film plastique". Le groupe se désolidarise d'ailleurs des récentes dégradations de locaux d'élus en marche. Une violence avant tout symbolique donc, la permanence n'en porte plus trace aujourd'hui. "On a voté pour lui et il n'a pas tenu ses promesses," ajoute Dominique. "Aujourd'hui on a peur que l'agriculture française passe au second plan par rapport aux Etats Unis et au Canada." Pascal Lavergne avait dénoncé une attaque "contre un comportement démocratique", à savoir son vote à l'Assemblée Nationale, et avait regretté le mode d'action des JA.

Actuel député en marche Sud Gironde, Pascal Lavergne est aussi un ancien maire de la commune et une figure locale. Il est bien connu, voire proche des responsables JA. S'il a été pris pour cible, "c'est parce qu'il a eu un double discours, il avait publiquement qu'il voyait clairement les limites de ce traité sur l'agriculture française, sous entendant qu'il allait voter contre et finalement non," se justifie Vincent Bougiès président du syndicat JA pour la Gironde. "C'est un rappel à l'ordre de manière symbolique qu'un homme politique doit être en phase avec son discours public."

"Mais on a croisé Pascal [Lavergne] ces derniers jours, on se dit bonjour de nouveau !," une histoire strictement politique donc pour Noémie. Quant à la violence symbolique de l'acte, reste à voir s'il sera puni suite au dépôt de plainte du député. 

Dominique et Noémie, responsables de la locale JA dans la vallée de Dropt, ont organisé l'action de contestation à la permanence du député.