Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - Nancy : des soignants "vaccinent " la statue de la place Stanislas pour dénoncer le manque de doses

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Des soignants de centres de vaccinations nancéiens ont symboliquement fait une piqûre ce jeudi à la statue de Stanislas, place Stan à Nancy. Ils craignent de voir leurs doses partir dans le futur vaccinodrome.

Un infirmier sur un chariot élévateur pour "vacciner" la statue.
Un infirmier sur un chariot élévateur pour "vacciner" la statue. © Radio France - Marianne Naquet

Des pancartes avec écrit dessus "Libérés, délivrés, vaccinés", des slogans aussi "notre priorité vacciner en proximité". Une cinquantaine de blouses blanches ont défilé jeudi dans les rues de Nancy, de la place Maginot jusqu'à la place Stanislas. Ces soignants de plusieurs centres de vaccination, notamment ceux de Jarville, Vandoeuvre, Saint-Max se sont mobilisés pour dénoncer, selon eux, une diminution des livraisons de doses. Des doses qui seraient réservées au futur vaccinodrome, peut-être le centre Prouvé, pressenti pour devenir ce méga-centre. 

Pour Odile, toutes ces incertitudes pèsent lourdement sur son moral. Elle en assez de ce "flou artistique". "Il arrive le soir que je rentre, que je pleure. On n'est pas soutenus. L'ARS ne nous répond pas". Cette médecin généraliste vaccine au centre de Jarville, et a des patients sous chimio qui n'arrivent toujours pas à se faire vacciner. "On aimerait vacciner plus vite".

Même sentiment chez Isabelle, une infirmière libérale. "On ne nous prend pas en considération, c'est fatigant, c'est usant. On est là mais il n'y a pas assez de doses, on pourrait vacciner plus". Le moral des troupes est au plus bas, et ça inquiète Thierry Péchey. Il gère le centre de vaccination de Saint Max. "On risque de se démotiver à force, ça fait 13 mois qu'on se mobilise, on fatigue beaucoup à l'hôpital, on fatigue en libéral". 

Les soignants de plusieurs centres de vaccinations nancéiens mobilisés
Les soignants de plusieurs centres de vaccinations nancéiens mobilisés © Radio France - Marianne Naquet

La statue Stanislas vaccinée ! 

Vers 15h30, le cortège arrive place Stanislas :  un infirmier monte dans un chariot élévateur et vaccine symboliquement la statue. _"Le roi est vacciné, vive le roi" ! Les soignants applaudissent, ils ont "vacciné la métropole",_ et promettent de revenir faire une seconde injection si les choses n'évoluent pas. 

Une baisse des doses en mai ? 

Selon Thierry Péchey, infirmier libéral, vice-président de la CPTS, la Communauté Professionnelle Territoriale de Santé, et responsable du centre de proximité de Saint Max, l'ARS a averti les soignants qu'il y aurait une baisse des dotations pour les deux premières semaines de mai. Une baisse qui concernerait selon lui tout le département de Meurthe-et-Moselle. "On a pris note, mais bon, ça fait beaucoup, on nous dit à chaque fois, il y aura plus demain, et finalement on fait un pas en avant, un pas en arrière". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess