Société

A Nancy, la démolition du bâtiment Christophe est finalement suspendue

Par Nathalie Broutin, France Bleu Sud Lorraine mercredi 17 août 2016 à 18:59

Ce mardi 16 août une quarantaine de personnes se sont mobilisées devant le bâtiment Christophe à Nancy
Ce mardi 16 août une quarantaine de personnes se sont mobilisées devant le bâtiment Christophe à Nancy © Radio France - Angeline Demuynck

Au lendemain d'une manifestation contre la démolition du bâtiment des Trente Glorieuses à Nancy, Batigère le propriétaire annonce la suspension des travaux, à la demande de la Ville, qui souhaite "ouvrir un nouveau temps de dialogue" .

La réaction ne s'est pas faite attendre. Ce mardi 16 août, une quarantaine de personnes s'étaient rassemblées devant le bâtiment Christophe, ancien magasin de fleurs dans le quartier Artem à Nancy, pour dénoncer sa démolition. Le lendemain, Batigère le propriétaire du bâtiment des Trente Glorieuses fait savoir dans un communiqué qu'il suspend la démolition "à la demande de la Ville", "compte tenu de la mobilisation de ces derniers jours" , "afin d'ouvrir un nouveau temps de dialogue".

Un appel est lancé pour des projets de valorisation du site

Pour  les membres du comité de défense qui s'est constitué pour la sauvegarde du site, la construction dessinée en 1968 par les architectes Maurice Baier et Francis Poydenot doit "être à tout prix préservé". elle est "LE chef d'oeuvre de l'architecte Baier".

Dans son communiqué Batigère, en concertation avec la Ville de Nancy, "demande au comité de défense de proposer aujourd'hui des projets de valorisation de ce site viables économiquement". Selon le propriétaire, l'ancien magasin de fleurs "devenu vétuste et peu fonctionnel avait déjà fait l'objet d'une réflexion et d'une campagne de commercialisation" . Batigère s'engage encore " à faciliter la reprise du site".  Il fait savoir "qu'il veillera à ce que les solutions proposées tiennent compte de l'engagement pris auprès des habitants et des commerçants de la résidence Padoue, à savoir leur préserver leur cadre de vie. " Le bailleur social conclue en insistant sur son "attachement à respecter et valoriser le patrimoine ancien en coeur de ville".

Une réunion doit s'organiser au début du mois de septembre entre les différentes parties.

Partager sur :