Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Cybersécurité : un centre de formation ouvrira ses portes à Nancy "avant la fin de l'année"

lundi 27 août 2018 à 14:39 Par Seina Baalouche, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Le projet "East Cyber Sentry in Lorraine" permettra, dans un premier temps, de former à la caserne Blandan-Verneau, Vingt-cinq réservistes opérationnels pour lutter contre les attaques informatiques. Ces citoyens pourront aussi bien intervenir dans les établissements militaires que civils.

un centre de formation ouvrira dans le courant du mois d'octobre
un centre de formation ouvrira dans le courant du mois d'octobre © Maxppp - mxppp

Nancy, France

Le centre de formation en cybersécurité sera opérationnel "d'ici la fin de l'année, dans le courant du mois d'octobre" affirme le colonel Jean-Marc Régnier qui est commandant de la base de défense de Nancy. Le temps de recevoir le matériel d'entrainement à la cybersécurité. Cet outil de formation qui est fourni par l'entreprise Airbus. Ce centre qui sera basé à la caserne de Blandan-Verneau accueillera dans un premier temps 25 réservistes opérationnels considérés comme experts dans ce domaine. L'objectif est de mieux assurer la sécurité informatique des établissements militaires mais aussi civils, comme les institutions ou les entreprises, en créant cette première génération de "cyber réserve". 

Ce laboratoire est lié à la mise en place d'un centre européen dédié à la cybersécurité dans le Grand Est. Une volonté qui ne date pas d'hier. En 2010, Nancy ouvre le premier laboratoire civil de haute sécurité informatique en France avec des équipes de chercheurs de l'Université de Lorraine, du CNRS et de l'Inria Nancy-Grand Est. En 2017, la Métropole soutient la création d'un centre franco-allemand pour la cybersécurité. Et dans la précédente loi de programmation militaire l'accent est mis sur la sécurité informatique des établissements militaires et civils. Dans un premier temps 25 réservistes opérationnels-experts seront formés et "300 à 400 réservistes citoyens" d'ici au printemps 2019.

Une formation continue

Le contenu de la formation de ces réservistes est élaboré essentiellement par le Conservatoire des Arts et Métiers, en collaboration avec l'Université de Lorraine, l'école d'ingénieur Télécom Nancy, les laboratoires de haute sécurité et des starts-up spécialisées dans le domaine. "La formation dépendra du niveau de recrutement.  En tout cas, les premiers réservistes opérationnels sont déjà des experts reconnus. Elle devrait durer de 6 à 8 mois mais ne s'arrêtera pas au bout de cette première phase puisque la formation dans ce domaine doit être continue" explique le colonel Jean-Marc Régnier.  Les réservistes devraient ensuite être spécialisés "il y a autant de problématiques de cyberdéfense qu'il y a de métiers" poursuit le colonel "la phase 2 [ de ce projet ] devrait s'intéresser aux systèmes de santé et aux transactions financières".

La métropole du Grand Nancy participe à hauteur de 250.000 euros pour mettre en place ce projet. L'armée elle rémunère les réservistes opérationnels à hauteur de 100 à 200 euros par jour de formation selon le grade.