Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nancy : le portrait du journaliste algérien Khaled Drareni place Stanislas

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Après Paris, Bordeaux, Lyon et Clermont-Ferrand, le portrait du journaliste algérien Khaled Drareni a été affiché sur la façade l’hôtel de ville de Nancy, place Stanislas, en présence de Harlem Désir. Le journaliste indépendant a été condamné à deux ans de prison pour avoir fait son travail.

Le portait du journaliste algérien Khaled Drareni est affiché à Nancy, place Stanislas.
Le portait du journaliste algérien Khaled Drareni est affiché à Nancy, place Stanislas. © Radio France - Thierry colin

Nancy est la cinquième ville en France à afficher le portrait du journaliste algérien au poing levé. Après Paris, Bordeaux, Lyon et Clermont-Ferrand, une photographie de Khaled Drareni a été déployée sur la façade de l’hôtel de ville de Nancy, place Stanislas en présence de Harlem Désir. Le journaliste indépendant a été condamné à deux ans de prison pour avoir simplement fait son travail.

Pour Christophe Deloire, le président de  Reporters sans frontière, «le pouvoir algérien, contrairement à ses prétentions, est très sensible à son image internationale. En interne, il prétend avoir initié une ouverture de l'Algérie. C'est tout le contraire qui est en train de se passer. 

Khaled Drareni est en train de devenir l'un des symboles de la liberté de la presse dans le monde

«Khaled Drareni est en prison simplement parce qu'il a fait son métier de journaliste, qu'il a couvert des manifestations populaires et pacifiques. Il est en prison parce que c'est un journaliste brillant. C'est un journaliste indépendant qui n'a pas cédé aux intimidations policières ou au harcèlement judiciaire, ni aux tentatives de corruption» explique Chritophe Deloire.

Et le président de RSF de poursuivre : «cet esprit d'indépendance, _cet esprit libre_, ça déplaît franchement aux autorités algériennes qui ont voulu en faire un exemple et qui, en réalité, en ont fait un symbole. Le nom de Khaled Drareni est en train de devenir l'un des symboles de la liberté de la presse dans le monde. C'est la défense des principes de liberté pour lesquels il est en détention. Ces principes là sont défendus».

Avec l'heure des fausses informations, des fake news, on a besoin d'avoir des journalistes indépendants, libres et qui font du travail de qualité

Harlem Désir, qui fait partie du comité de soutien du journaliste algérien, a salué un « très grand journaliste. Je crois qu'il mérite notre soutien, cette banderole, l'engagement de la Ville pour la démocratie avec un maire qui a voulu par là même, alerter aussi les autorités algériennes, envoyer un signal sur le plan international. Khaled Drareni travaillait non seulement pour une presse libre et indépendante en Algérie, qui est un pays proche, qui est un pays ami, mais il était aussi journaliste à TV5 Monde. 

Liberté de la presse

Chaque fois que l'on peut se mobiliser pour défendre un combattant de la liberté et un journaliste, dans un moment où on a tant besoin d'informations de qualité, il faut le faire»

Ecoutez Harlem Désir, qui fait partie du comité de soutien de Khaled Drareni.

L’ancien représentant de l’OSCE pour la liberté des médias et ancien créateur de SOS racisme de poursuivre « On parle souvent des fausses informations, des fake news et de ce qui se passe sur les réseaux sociaux, c'est un moment où, justement, on a besoin d'avoir des journalistes indépendants, libres et qui font du travail de qualité. Et donc, en défendant, Khaled Drareni, on fait en sorte qu'il puisse sortir de prison, mais on défend aussi, d'une façon générale, la liberté de la presse et tous les journalistes qui sont persécutés». 

#freeKhaled sur le fronton de l'hôtel de ville de Nancy.
#freeKhaled sur le fronton de l'hôtel de ville de Nancy. © Radio France - Thierry colin

Pour le maire de Nancy, Mathieu Klein, c’est un symbole : « Nancy est une ville qui fait de la liberté d'expression, de la liberté de la presse, de la liberté d'opinion, des valeurs fondatrices et fondamentales, nous sommes ainsi fidèles à l'idéal républicain, à l'idéal démocratique que Nancy défend et a toujours défendu. 

C'est le rôle d'une municipalité de faire écho à cet engagement profondément démocratique

Et si nous pouvons, à travers la voix que nous donnons, aider des combats en France ou dans le monde, à être mieux portés, mieux entendus, mieux accompagnés. Je crois que nous faisons œuvre utile. 

C'est aussi le rôle d'une municipalité de sensibiliser, aux côtés de Reporters sans frontières, dont je salue le travail à travers le monde entier aujourd'hui pour défendre la liberté de la presse. C'est aussi le rôle d'une municipalité de faire écho à cet engagement qui est un engagement profondément démocratique».

#freeKhaled place Stanislas à Nancy.
#freeKhaled place Stanislas à Nancy. © Radio France - Thierry colin

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

  • Presse
Choix de la station

À venir dansDanssecondess