Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nantes : des caravanes s'installent illégalement sur le terrain d'un club de sports

jeudi 24 août 2017 à 19:18 Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Depuis dimanche dernier, entre 30 et 40 caravanes de gens du voyage sont installées sur le terrain du Racc (Racing athlétic clu cheminots), quartier Vieux-Doulon, à Nantes. En attendant qu'elle s'en aillent, le club a préféré suspendre toutes ses activités.

Entre 30 et 40 caravanes se sont installées sur le terrain
Entre 30 et 40 caravanes se sont installées sur le terrain © Radio France - Marion Fersing

Nantes, France

Entre 30 et 40 caravanes de gens du voyage sont installées depuis dimanche dernier sur les terrains du Racc (racing athlétic club cheminots), à Nantes, quartier Vieux-Doulon. Ils ont forcé le portail d'entrée, ils se sont raccordés à l'eau et à l'électricité. Résultat, le club a préféré suspendre tous les entraînements et les stages prévus la semaine prochaine pour les enfants. C'est une bonne partie du millier de licenciés qui se retrouvent pénalisés.

C'est vraiment démoralisant

Devant le grand portail vert, Daniel Cadiot, le président du Racc, son trésorier et son secrétaire, ne peuvent que constater les dégâts : "la serrure a été forcée et la barre de hauteur qui empêche normalement les caravanes de passer a été démontée". Pendant qu'ils discutent, plusieurs voitures de gens du voyage passent. Sans s'arrêter et sans dire bonjour. Ce qui exaspère les trois hommes : "c'est vraiment démoralisant ! Quoi faire ?", demande Daniel Cadiot.

L'entrée des terrains de sports a été forcée - Radio France
L'entrée des terrains de sports a été forcée © Radio France - Marion Fersing

Le même terrain déjà occupé pendant trois semaines en juin

Le plus frustrant, pour eux, c'est que leur terrain a déjà été envahi au mois de juin. Les caravanes sont restées trois semaines et les animations de fin de saison ont été annulées. "Et là, samedi prochain, plusieurs sections avaient prévu une activité. On a tout supprimé", annonce, Daniel Cadiot, désabusé. D'autant plus qu'il a du prendre la même décision pour les entraînements et les stages prévus pour les enfants la semaine prochaine, pour éviter toute confrontation. "Si jamais ça se passait, on s'en voudrait énormément". Pour l'instant donc, toutes les activités, ou presque, sont gelées. La ville a trouvé quelques créneaux pour certains entraînements dans d'autres salles et d'autres salles, mais pas pour tout le monde, ils sont déjà bien occupés.

Et puis, à chaque fois, ça coûte cher au club : pour réparer ce qui a été cassé (900 euros, par exemple, le portail) et pour tout nettoyer aussi. Sans compter tout le travail des bénévoles.

Ils sont ballottés à droite et à gauche sans qu'aucune solution pérenne ne soit trouvée

Ce qui finit d'agacer Claude Brochoire, le secrétaire du club, c'est qu'une fois que les gens du voyage seront partis, le problème ne sera finalement que déplacé. "Ils sont ballottés à droite à gauche sans qu'aucune vraie solution ne soit trouvée !"

Daniel Cadiot, Claude Brochoire et Roger Salaun, le président, le secrétaire et le trésorier du Racc (de gauche à droite) - Radio France
Daniel Cadiot, Claude Brochoire et Roger Salaun, le président, le secrétaire et le trésorier du Racc (de gauche à droite) © Radio France - Marion Fersing

La SNCF (qui est propriétaire du terrain) a porté plainte ce mercredi. Impossible pour l'instant de savoir quand les caravanes s'en iront, "mais il faudra ensuite plusieurs jours pour réparer et vérifier que tout est en état avant que les activités puissent reprendre normalement", conclut Daniel Cadiot.