Infos

À Nantes, des habitants du quartier Saint-Félix manifestent contre le bruit de deux chantiers

Par Sarah Vildeuil, France Bleu Loire Océan mardi 30 août 2016 à 6:00

Le bruit généré par des travaux pour la construction de quatre immeubles dans le quartier Saint-Félix à Nantes importunent des habitants, aujourd'hui à bout de nerfs.
Le bruit généré par des travaux pour la construction de quatre immeubles dans le quartier Saint-Félix à Nantes importunent des habitants, aujourd'hui à bout de nerfs. © Radio France - Sarah Vildeuil

Des habitants du quartier Saint-Félix à Nantes manifestent mardi 30 août à 8 heures contre le bruit généré par des travaux de terrassement pour la construction de quatre immeubles. Ils ne sont pas contre le projet. Mais ils aimeraient que les travaux soient réalisés à des horaires précis.

Des riverains du quartier Saint-Félix, au nord du centre-ville de Nantes, se sont réveillés de bonne heure mardi matin pour manifester contre le bruit engendré par des travaux de terrassement. Un brise-roche, un énorme marteau-piqueur, perfore le sol pour la réalisation de quatre immeubles. Une soixantaine d'habitants se sont constitués en association. Ils ne sont pas opposés au projet. Mais ils aimeraient que le chantier soit réalisé à des horaires plus réguliers. Ils veulent surtout connaître la date de fin de ces travaux, qui devaient être terminés depuis juin dernier.

Des journées insupportables

Parmi les riverains excédés, il y a Jérôme. Lui et a femme ont une petite fille d'un mois. Ils n'en peuvent plus. "Ma femme est très fatiguée car elle allaite, explique Jérôme. Les nuits sont en pointillées parce qu'évidemment notre bébé se réveille. Le brise-roche l'empêche de se reposer la journée, poursuit-il. On pourrait mettre des protections auditives mais avec un enfant  c'est impossible. Il faut être capable de l'entendre à tout moment."

Michel, 72 ans, est aussi gêné par les vibrations et la poussière. Et quand il appelle le promoteur, le groupe Giboire, il a l'impression de ne pas être pris au sérieux. "Une fois j'ai téléphoné, raconte Michel. Quand on m'a dit que je n'ai qu'à aller à la campagne, je n'ai pas du tout apprécié."

Ultime recours

Le promoteur n'a pas l'intention de modifier l'organisation du chantier. Les habitants se tournent donc vers le maire comme ultime recours. Ils ont envoyé une pétition. La municipalité a répondu que les horaires de chantier étaient respectées. Toutefois, Elisabeth, une riveraine, explique que ce n'était pas l'objet de la requête.  L'objectif était de dénoncer "ce bruit à outrance et le manque d'informations" précise Elisabeth.

Les riverains ont envoyé un courrier à la mairie  le mois dernier, qui est resté sans réponse à ce jour.

Partager sur :