Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nantes : trois questions après la chute d'un bout de corniche dans le centre-ville

-
Par , France Bleu Loire Océan

La semaine dernière, un morceau d'une corniche s'est détaché du sommet d'un immeuble, en plein centre-ville de Nantes. Le bâtiment est en tuffeau, comme de nombreux autres de l'hyper-centre, une pierre calcaire, lumineuse mais fragile.

À Nantes, de nombreuses façades sont en tuffeau
À Nantes, de nombreuses façades sont en tuffeau © Radio France - Pascal Roche

Nantes, France

Jeudi de la semaine dernière, un morceau de corniche s'est détaché du sommet d'un immeuble, en plein centre-ville de Nantes, au croisement de la rue de Strasbourg et de Verdun. Un touriste a été blessé à l'épaule. Cet accident pose la question de la surveillance et de l'entretient des nombreux bâtiments de l'hyper-centre qui sont en tuffeau, cette pierre calcaire blanche, lumineuse donc, mais aussi fragile.

Pourquoi le tuffeau est fragile ?

Le tuffeau est une pierre tendre, un calcaire relativement fragile, comparé au granit notamment. Blanche, elle a l'avantage d'être très lumineuse. Elle peut aussi se sculpter facilement. Le soucis, c'est qu'elle est aussi fragile. Elle réagit comme une éponge, elle absorbe beaucoup d'eau. "Quand il pleut, l'eau s'infiltre, notamment au niveau des éléments comme les corniches. Et si, ensuite, l'eau gèle, ça peut fracturer la pierre", explique Yannick Février, chargé de mission patrimoine à la Capeb (la confédération de l'artisanat des petites entreprises du bâtiment en Pays-de-la-Loire). 

La pollution fragilise aussi énormément le tuffeau, surtout en ville, évidemment. "Les micro-particules, le gaz carbonique en se mélangeant à l'eau, peuvent se transformer en acide qui attaque la pierre"

Les ravalements de façade fragilisent aussi le tuffeau. "On part d'une pierre qui faisait 25 centimètres d'épaisseur par exemple", poursuit Yannick Février, "au fur et à mesure qu'on retaille, on enlève un centimètre ou deux, elle devient moins épaisse, mais elle a toujours autant de charge à supporter".

Faut-il être plus vigilant avec les édifices en tuffeau ?

De nombreux édifices du centre-ville de Nantes sont en tuffeau, à commencer par la cathédrale. "Il faut entretenir un peu plus régulièrement les bâtiments en tuffeau", explique Yannick Février. "Notamment là où l'eau peut s'infiltrer : les corniches, les bandeaux qui séparent les étages, les bavettes de protection des balcons ou encore les appuis de fenêtres. Tout ce qui va être en pignon également et les jonctions entre les immeubles. C'est-à-dire tous les éléments qui ressortent de la structure". 

Qui doit s'assurer de la surveillance des bâtiments en tuffeau ?

Lorsqu'ils s'agit de bâtiments privés comme des immeubles d'habitation, c'est aux syndics de copropriété de s'en occuper. Pour l'édifice qui a perdu un bout de corniche, Nantes métropole a mis en place un périmètre de sécurité le temps que le syndic fasse vérifier la façade pour s'assurer qu'aucun autre morceau n'allait tomber. 

"Ce qui complique un peu les choses avec le centre-ville de Nantes, c'est que c'est un site patrimonial remarquable", poursuit Yannick Février. "Quand on fait des travaux, il y a des règlements techniques à respecter. Ça veut dire qu'il y a du savoir-faire derrière, des matériaux, sur un bâtiment avec une corniche, dès qu'on va travailler en hauteur, il faut des échafaudages, il y a des contraintes d'accès, ce qui fait que ça représente un budget conséquent". Des dépenses qui doivent être validées par les différents copropriétaires des bâtiments, ce qui fait que les travaux mettent parfois du temps à être effectués.

Nantes métropole a conscience du problème, elle propose donc des aides pour faire le diagnostique des façades puis les ravalement des immeubles qui ont un intérêt architectural. Pour ce qui est des édifices qui appartiennent à la ville de Nantes, là, ses agents font régulièrement des contrôles.

Le service prévention et gestion des risques de Nantes Métropole reçoit environ 50 signalements de chutes de matériaux sur la voie publique par an, fréquemment des morceaux de corniches ou d'enduits de façade.