Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nantes : "évacuation sans délai" des migrants du square Daviais

mercredi 18 juillet 2018 à 13:14 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

La décision du tribunal administratif de Nantes vient de tomber et elle est sans appel pour les migrants du square Daviais. L'avocat de Médecins du monde parle "d'évacuation sans délai".Yann Chaumette explique que la préfète peut recourir dès maintenant à la force publique.

La semaine dernière les services de la préfecture ont compté 283 tentes et au moins 300 personnes installées square Daviais. D'après les associations de soutien aux migrants le campement compterait 376 personnes.
La semaine dernière les services de la préfecture ont compté 283 tentes et au moins 300 personnes installées square Daviais. D'après les associations de soutien aux migrants le campement compterait 376 personnes. © Radio France - Camille Labrousse

Nantes, France

Le délibéré du tribunal administratif de Nantes est tombé un peu plus tôt que prévu et il est sans appel pour les quelques 400 migrants installés square Daviais. 

Il est enjoint aux occupants du square Daviais et ses alentours de libérer les lieux sans délai avec l'ensemble des tentes, matériels, marchandises, véhicules leur appartenant ou dont ils auraient la détention" - article 4 de la décision du juge des référés.

Yann Chaumette est l'un des quatre avocats a avoir défendu les intérêts des migrants hier à l'audience devant le tribunal et il est sans équivoque : 

La préfète peut recourir dès maintenant à la force publique pour faire évacuer et je pense que la préfète ne va pas tarder à le faire. Elle a l'autorisation de saisir la police et les CRS"- Yann Chaumette.

Hier tout le camp de migrants était massé devant les portes du tribunal. - Radio France
Hier tout le camp de migrants était massé devant les portes du tribunal. © Radio France - Pascale Boucherie

C'est la troisième fois en quelques semaines que les migrants changent de campement. Et maintenant que vont'ils devenir ?

Ils vont être disséminés dans Nantes. Ils vont perdre les appuis matériels, les soins apportés par Médecins du monde, l'aide à l'alimentation apportée par la ville de Nantes et la Croix Rouge"- Yann Chaumette

A l'audience hier, la préfecture a proposé entre 90 et 100 places d'hébergement d'urgence sur la Loire-Atlantique, la Vendée, la Sarthe et le Maine-et-Loire avec priorité aux femmes enceintes, aux plus jeunes et aux plus vieux. Pour ce faire la préfecture a expliqué qu'un guichet serait installé dans une salle mise à disposition par la Ville de Nantes.

On attend de voir si effectivement une salle va être réquisitionnée pour que les situations individuelles soit examinées. Mais le risque c'est qu'un autre squat ouvre puisque la préfecture est totalement défaillante" - Yann Chaumette.

Les commentaires de Yann Chaumette quelques instants après avoir pris connaissance de la décision du tribunal.