Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nantes : la mairie confisque des trottinettes en libre-service arrivées sans prévenir en centre-ville

-
Par , France Bleu Loire Océan

Une start-up allemande a déployé dimanche des trottinettes en libre-service dans le centre-ville de Nantes, qu'on débloque en payant sur une appli. Le tout sans autorisation de la mairie de Nantes, qui a fait confisquer les trottinettes ce lundi "à titre conservatoire".

Les trottinettes Wind sur l'île de Nantes ce lundi 1er avril.
Les trottinettes Wind sur l'île de Nantes ce lundi 1er avril. © Radio France - Marc Bertrand

Nantes, France

Une trentaine de trottinettes électriques en libre-service sont apparues dimanche dans le centre-ville de Nantes, sous la marque Wind mobility, une société allemande déjà présente à Paris, Lyon ou encore Bordeaux. 

Elles fonctionnent selon le modèle du free-floating. Autrement dit, on les débloque en payant à la minute ou par abonnement sur une application pour smartphone, à raison de 15 centimes la minute de déplacement. Et une fois arrivé à destination, pas de station, on la laisse... tout simplement sur le trottoir

La police municipale part à la chasse aux trottinettes

Le hic, c'est que la mairie n'a pas été prévenue. La société a installé les trottinettes sans autorisation de la ville, qui s'est empressée de réagir dans un communiqué. Dès lundi après-midi, "les trottinettes ont été récupérées et stockées à titre conservatoire", précise-t-elle.

Ce déploiement s’est fait sans sollicitation de la Mairie ou de Nantes Métropole, ni d’échange préalable avec elles. Il n’est donc pas autorisé."
- la mairie de Nantes

La police municipale et les services techniques ont ratissé le centre-ville à leur recherche. Elle ne sait d'ailleurs pas si toutes les trottinettes ont été récupérées, "puisque la start-up nous a dit qu'elle en avait déployé une dizaine alors qu'on en a retrouvé une trentaine", précise Thomas Quéro, adjoint en charge des mobilités douces.

La start-up avait rendez-vous vendredi à la mairie

La mairie dit attendre le vote définitif de la loi d’orientation sur les mobilités, en cours de débat au Parlement, et "qui doit décider des règles juridiques encadrant les mobilités en free floating". Les trottinettes libre-service ont causé des désagréments à Paris, où certaines se retrouvent cassées et jetées dans la Seine ou sur les trottoirs. 

La mairie précise qu'elle a déjà procédé de la même manière à une confiscation en novembre 2018, avec les vélos Pony, qui utilisaient le même système du free-floating et avaient eux aussi été installés sans autorisation. De son côté, Wind mobility répond dans un mail que la start-up "respecte la décision de la mairie et espère continuer les discussions positives".

Choix de la station

France Bleu