Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Nantes : la manifestation contre la précarité rythmée par des affrontements avec la police

-
Par , France Bleu Loire Océan

Ils étaient 2 800, selon la préfecture, à manifester ce samedi après-midi à Nantes. Des gilets jaunes, des syndicalistes, des militants écologistes, mais aussi des militants radicaux. Ces derniers, en tête de cortège, ont affronté les forces de l'ordre tout au long de l'après-midi.

La majorité des manifestants a été occultée par la minorité de militants radicaux, en tête de cortège.
La majorité des manifestants a été occultée par la minorité de militants radicaux, en tête de cortège. © Maxppp - Franck Dubray

Nantes, France

C'est contre la précarité que plusieurs milliers de manifestants ont défilé, ce samedi, à Nantes. Parmi eux, environ 500 militants radicaux ont, du début à la fin de la manifestation, affronté la police. Cinq personnes ont été interpellées et placées en garde vue "principalement pour jets de projectiles" annonce la préfecture.

Un rassemblement à l'appel de la CGT

Ce sont les syndicalistes qui se sont rassemblés les premiers, au miroir d'eau, pour leur "traditionnelle" journée de manifestation contre la précarité.

Marielle Arteaud, représentante nationale du syndicat CGT Finances-publiques, se mobilise contre la précarité. - Radio France
Marielle Arteaud, représentante nationale du syndicat CGT Finances-publiques, se mobilise contre la précarité. © Radio France - Paul Sertillanges

Ambiance tendue dès le début de l'après-midi

Vers 14 heures, des dizaines de personnes commencent à se rassembler autour du camion de la CGT. Alors que les organisateurs prennent la parole, évoquant les "11 millions de travailleurs privés d'emploi et précaires, [...] 11 millions de futurs retraités précaires", plusieurs centaines de manifestants, certains cagoulés, les rejoignent, puis vont rapidement à l'affrontement - verbale - avec la police.

Les manifestants, rejoints par des militants écologistes clamant "fin du mois, fin du monde, même combat", forment un cortège qui prend la direction du cours Saint-Pierre, poussé par le gaz lacrymogène des forces de l'ordre.

Dégradations sur des abribus, du matériel de chantier et du mobilier urbain

Sur leur passage, du cours Saint-Pierre jusqu'au cours de 50 otages, en passant par la préfecture de Loire-Atlantique, la minorité violente des manifestants a commis plusieurs dégradations : sur des abribus - notamment ceux de l'arrêt Foch-Cathédrale, sur du mobilier urbain, sur du matériel de chantier.

Les chantiers sur la route de la manifestation ont été pris pour cible. - Radio France
Les chantiers sur la route de la manifestation ont été pris pour cible. © Radio France - Paul Sertillanges
Les abribus de l'arrêt Foch-Catédrale, toutes les vitres brisées par les casseurs. - Radio France
Les abribus de l'arrêt Foch-Catédrale, toutes les vitres brisées par les casseurs. © Radio France - Paul Sertillanges
La Mutuelle Générale, quartier Bouffay, a été une nouvelle fois ravagée. - Radio France
La Mutuelle Générale, quartier Bouffay, a été une nouvelle fois ravagée. © Radio France - Pascal Roche
Après le passage des manifestants, à la croisée des trams. - Radio France
Après le passage des manifestants, à la croisée des trams. © Radio France - Pascal Roche

Vers 16 heures, la CGT a appelé à la dispersion des manifestants. Sont restés, jusqu'en début de soirée, les centaines de participants qui ont affrontés les forces de l'ordre à coup de jets de projectiles depuis le début de l'après-midi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu