Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Nantes : les 95.000 lampadaires de la métropole bientôt éclairés grâce à France Bleu Loire Océan

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Les 95.000 lampadaires installés dans la métropole de Nantes sont en train d'être équipés d'un boitier révolutionnaire. D'ici la fin 2022, ils seront tous pilotés à distance grâce à une application qui transmet ses ordres aux point lumineux via les ondes de France Bleu Loire Océan. Explications.

D'ici 2022, tous les points lumineux de la métropole de Nantes seront commandés à distance via les ondes de France Bleu Loire Océan, grâce à un logiciel qui commande l'allumage et l'extinction.
D'ici 2022, tous les points lumineux de la métropole de Nantes seront commandés à distance via les ondes de France Bleu Loire Océan, grâce à un logiciel qui commande l'allumage et l'extinction. © AFP - Gilles Rigoulet

C'est l'histoire d'une rencontre fortuite qui a abouti au développement d'un concept génial. "L'idée est venue en prenant le TGV, sourit Laurent Michel, fondateur de la société Biyotee à La Chapelle-sur-Erdre, qui utilise la radio pour éclairer la ville. En face de moi, il y avait le responsable de l'éclairage public de la ville de Nantes qui se demandait comment il allait faire pour piloter ses lampadaires dans le futur. Et je me suis dis : tiens, on pourrait l'aider." Et la parole s'est transformée en acte, en 2018. 

L'inventeur a mis au point un logiciel qui pilote à distance les points lumineux, grâce à des ondes envoyées via la bande FM de France Bleu Loire Océan à un boîtier installé dans une armoire électrique. D'abord testé, le dispositif "Lamp@ville" est désormais en cours de déploiement. D'ici 2022, les quelque 2.000 armoires électriques qui alimentent les 95.000 lampadaires de la métropole seront équipées par ce boitier. 

L'entreprise Biyotee a développé le système "Lamp@ville" en 2018 permettant de contrôler les lampadaires à distance.
L'entreprise Biyotee a développé le système "Lamp@ville" en 2018 permettant de contrôler les lampadaires à distance. - Biyotee

Quand les auto-radios donnent des ordres aux lampadaires

Après quelques semaines de recherches et beaucoup d'ingéniosité, Laurent Michel a trouvé le moyen de prendre le contrôle de ces lampadaires à distance. Et quand il l'explique, c'est plutôt simple. "Vous voyez le RDS, c'est ce qui affiche le nom de la radio sur vos auto-radios, raconte-t-il entre deux rendez-vous professionnels. On y a ajouté des petits codes informatiques qui ne sont pas visibles mais qui sont compris par le récepteur de notre invention qu'on a mis dans les armoires d'éclairage public. Ce récepteur écoute France Bleu Loire Océan et dès qu'il capte le message de notre logiciel disant : il fait nuit, le lampadaire s'éclaire et vice-versa."

En 2020, on a estimé qu'on pouvait diminuer la consommation d'énergie de la métropole de 7%. 

Le concept soutenu par le Nantes City Lab, organe de la métropole permettant des tests grandeur nature à partir d'innovations, a été expérimenté pendant trois ans sur 600 armoires électriques. Et il s'est avéré concluant, "c'est pour ça qu'on passe de l'expérimentation à la généralisation", avance Francky Trichet, vice-président de Nantes Métropole en charge de l'innovation numérique. Dans le même temps, les communes de Saint-Nazaire et de Treillières ont elles aussi adopté ce dispositif. 

Une économie estimée à 350.000 euros par an

Les données recueillies pendant les trois années de mise à l'épreuve du système ont permis à Nantes Métropole de quantifier les économies réalisées grâce à ce logiciel développé à La Chapelle-sur-Erdre. "En 2020, on a estimé qu'on pouvait diminuer de 7% notre consommation d'énergie, détaille Matthieu Clavier, animateur du Nantes City Lab. Par rapport à l'ancien système, on a gagné 300 heures d'éclairage. A terme, quand toutes les armoires seront équipées, on estime à 350.000 euros les économies faites chaque année." Le bénéfice est également écologique car éclairer mieux et plus juste permet de ne pas gaspiller d'énergie. Et "lamp@ville" a en plus l'avantage d'être plus souple que l'actuel système.

On n'a plus besoin d'envoyer quelqu'un sur place pour éteindre les lumières lorsqu'il y a un feu d'artifice, par exemple.

"Grâce à notre logiciel, on peut programmer plusieurs scenarii d'éclairage, développe Canelle Laurent, responsable produit chez Biyotee. On peut par exemple demander aux lampadaires de s'éclairer dès que le capteur de luminosité détecte la nuit, jusqu'au matin. On peut également imaginer des choses pour les villes de bord de mer, comme Saint-Nazaire, où les lampadaires s’éteignent la nuit, sauf s'il y a une tempête. Ça permet d'avoir plus de sécurité." 

Tout ça, en un simple clic sur l'application. "On n'a plus besoin d'envoyer quelqu'un sur place pour éteindre les lumières lorsqu'il y a un feu d'artifice, par exemple, ou à l'inverse de les rallumer en cas d'intervention des forces de l'ordre", abonde le fondateur de la société. Le concept qui a séduit la métropole fait aujourd'hui des émules. Montpellier, Rennes ou encore Annecy sont à leur tour en train de tester ce logiciel créé par Laurent Michel, qui souhaite, en secret, le généraliser à terme dans tout l'hexagone.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess